DEMANDE DE REPARATIONS ET DE RESTITUTION DES BIENS NATIONAUX A LA TURQUIE

COMMUNIQUE DES ORGANISATIONS TERRE ET CULTURE

DEMANDE DE REPARATION ET DEMANDE DE RESTITUTION DES BIENS NATIONAUX ET
AUTRES MONUMENTS ARMENIENS, ADRESSEES À LA TURQUIE

N ous, descendants des rescapes des deportations, des massacres, et
des violences de toute nature - enlèvements, conversions forcees,
pillages, spoliations et destructions - au moyen desquels s'est
accompli en Turquie le genocide des Armeniens ;

N ous, temoins et victimes du prejudice subi par la Nation armenienne
de Turquie en raison de ces crimes, de la perte des droits qui etaient
les siens, de la confiscation de ses biens, enfin du deni de justice
qui lui a ete oppose depuis près de cent ans ;

A u nom de nos parents et aïeux contraints a l'expatriation et a
l'exil, et en vue de l'avènement necessaire de rapports constructifs et
d'equite entre les peuples dont l'Asie Mineure est la patrie commune,

S ans prejudice des actions qui seraient entreprises par ailleurs
dans un objectif comparable,

DEMANDONS À LA REPUBLIQUE DE TURQUIE

L a restitution integrale des biens nationaux armeniens confisques.

Ces biens consistent en monastères, eglises, chapelles, cimetières,
hôpitaux, ecoles et autres bâtiments communautaires, pris avec
leurs dependances, dont les inventaires, etablis ou a completer,
sont disponibles dans la documentation publiee ou presents dans les
archives, principalement celles de l'Etat turc, qui demeurent a ce
jour en grande partie fermees. Ceux-ci s'entendent meubles compris,
objets d'art et manuscrits notamment.

À ces biens s'ajoutent d'autres monuments, d'interet majeur, qui
temoignent a leur tour, et a l'egal des precedents, aussi bien de
l'histoire et de la civilisation de l'Armenie que de la realite
multiculturelle qui a fait la richesse de l'Asie Mineure ottomane.

L a restitution de ces biens, a titre propre ou conservatoire, est
demandee en vue de leur enregistrement au nom du Patriarcat armenien de
Constantinople/Istanbul, dont les prerogatives et le statut demandent
a etre etendus et raffermis, ou au benefice des fondations ad hoc
qui seront constituees sous son egide pour les recevoir.

E lle implique d'une part le dedommagement de tous les tiers qui,
en application des lois successives qui ont regi la confiscation et
la redistribution des biens armeniens ci-dessus designes, en sont
aujourd'hui les proprietaires, les locataires ou les usagers, que
ces biens se trouvent dans le domaine public de l'Etat ou qu'ils
soient legalement detenus par des personnes morales ou privees ;
d'autre part des mesures de reparation en vue de la protection, de
la rehabilitation, de la restauration ou de la reconstruction des
monuments, ou encore d'indemnisation compensatoire dans tous les cas
particuliers que revelera l'examen detaille des situations.

E lle implique enfin qu'un fonds special, eventuellement ouvert
aux contributions internationales, soit constitue par l'Etat
turc pour subvenir au cours des decennies a venir a cette oeuvre
publique de sauvegarde et de reparation d'utilite universelle,
a laquelle devra necessairement etre associee, comme interlocuteur
gestionnaire et intervenant, une instance armenienne scientifique,
technique et juridique formee autour du Patriarcat armenien de
Constantinople/Istanbul.

N ous demandons concomitamment a la Republique de Turquie le
retablissement des toponymes anciens, notamment armeniens, qui
designaient les lieux où se situent ces biens et monuments et, plus
generalement, les localites habitees par les Armeniens ; en particulier
leur affichage en langue armenienne a l'entree des villes, villages
et lieux-dits concernes et sur les panneaux du reseau routier qui
retracent la geographie du territoire.

Paris, le 13 avril 2015 Collectif 2015 : reparation Union
internationale des organisations terre et culture

Plus d'informations sur le lien plus bas

jeudi 23 avril 2015, Ara (c)armenews.com
http://www.armenews.com/article.php3?id_article=110783

D´autres informations disponibles : COLLECTIF2015