LA CONTESTATION FEUTREE DU GENOCIDE ARMENIEN A L'ECOLE

education-genocide-histoire-Turquie-Armenie-anniversaire

Bobigny, 23 avr 2015 (AFP) - L'enseignement du genocide armenien,
dont le centenaire doit etre commemore vendredi, demeure un sujet de
crispation pour nombre d'elèves d'origine turque, selon des enseignants
d'histoire, mais la negation virulente de ce crime de masse a cede
la place a une contestation plus feutree.

Dans les collèges, les premiers incidents recenses remontent a 2001,
quand l'Assemblee nationale a adopte une loi reconnaissant le genocide
armenien.

A Clichy-Montfermeil (Seine-Saint-Denis), où reside une importante
communaute turque, "un elève etait venu voir son prof d'histoire-geo
pour avoir confirmation que le genocide n'avait pas eu lieu et que
cette reconnaissance etait due a la pression du lobby armenien",
rapporte Sophie Ferhadjian, agregee d'histoire.

Ancien membre du Haut conseil a l'integration, cette
arrière-petite-fille de rescapes du premier genocide du XXe siècle
a recense des dizaines d'incidents similaires.

Parfois, comme a Vendôme, dans le Centre, ce sont des parents qui
protestent auprès d'un chef d'etablissement parce qu'une enseignante
a evoque une "page sombre de l'histoire de la Turquie", sans meme
employer le terme genocide.

Ailleurs, comme a Lyon ou Nancy plus recemment, c'est "l'unilateralite
des victimes" qui est critiquee, sous l'angle : "les Armeniens ont
egalement massacre des Turcs, ils etaient des traîtres, allies des
Russes", ajoute Mme Ferhadjian.

L'introduction du genocide armenien dans les programmes d'histoire
de collège a la rentree 2012 a egalement provoque des remous.

"Au debut, il y a eu des tensions dans certaines classes avec des
familles qui refusaient que leur enfant assiste au cours quand
l'enseignant abordait la thematique", affirme Fabrice Romanet,
enseignant et formateur dans l'academie de Lyon.

"C'est moins le cas maintenant car les enseignants sont mieux formes",
dit-il, et donc mieux armes pour "deconstruire des opinions imposees
le plus souvent dans le cadre familial", avec le renfort des reseaux
sociaux.

D'autant que pour traiter cette thematique, les enseignants peuvent
desormais s'appuyer sur l'existence d'un nombre croissant d'ouvrages
ecrits par des historiens turcs et l'ouverture des archives de l'Empire
ottoman qui permet de presenter aux elèves des photos ou des documents
ayant valeur de preuve.

"Quand le programme de 3e a ete mis en application, le rectorat a
ete inonde de courriers demandant que ce chapitre ne soit pas aborde
et que les manuels soient expurges mais depuis, on n'a plus aucun
retour, les choses se sont apaisees", confirme Catherine Vercueil,
inspectrice dans l'academie de Lyon.

- "le fait devient une opinion" -

Mais pour Sophie Ferhadjian, l'absence de "remontees" du terrain ne
signifie pas l'absence de problème.

Et de citer les cas des manuels turcs utilises dans les ELCO
("Enseignements de Langue et de Culture d'Origine" a destination
d'elèves desireux d'apprendre la langue de leurs parents) ou de
certains manuels francais se contentant de parler de "massacres
inter-religieux".

Plus grave a ses yeux : "il semble que les problèmes remontent de
moins en moins, et c'est vrai aussi de la Shoah, parce qu'on est passe
de la negation pure -+ca n'a pas existe+- a une remise en cause plus
subtile des faits".

"Ce qui est remis en cause, c'est le statut meme du fait d'histoire",
qui devient "une opinion dont on peut discuter", poursuit
l'historienne, dressant un parallèle entre ce nouveau negationnisme
"soft" et le succès des theories complotistes après les attentats
contre Charlie Hebdo.

Pourtant, en Turquie meme, la reconnaissance du genocide progresse,
comme en temoigne une enquete recente de la Fondation pour
l'innovation politique, realisee auprès de jeunes de 16 a 29 ans
dans 31 pays. Ainsi, 33% des jeunes Turcs interroges en août 2014
qualifiaient de "genocide" le massacre des Armeniens, contre 82%
dans l'Union europeenne et 93% en France.

Mais en France, la diaspora turque est "crispee dans un nationalisme
primitif" et a tendance a considerer ce combat pour la reconnaissance
du genocide armenien comme du racisme anti-turc, estime Seta
Papazian, presidente du Collectif Van (Vigilance armenienne contre
le negationnisme).

Par Eve SZEFTEL

vendredi 24 avril 2015, Stephane (c)armenews.com
http://www.armenews.com/article.php3?id_article=110841