Arm�e-Pologne
Le Pr�dent Polonais �Erevan


La visite officielle du Pr�dent polonais, Bronisław Komorowski, �Erevan, constitue le principal sujet d'actualit�Avant de
s'entretenir en tête-�tête avec son homologue arm�en, le chef de
l'Etat polonais s'est recueilli devant le m�rial du g�cide. Au
terme de l'entretien des deux chefs d'Etat, des documents ont �
sign�entre les deux pays. Il s'agit notamment d'un accord de
coop�tion 2011-2013 dans les domaines de la culture, de l'�cation
et des sciences, d'un memorandum de coop�tion dans le domaine de la
m�cine v�rinaire et d'un autre entre l'Agence arm�enne de
d�loppement et l'agence polonaise de l'information et des
investissements �angers. Lors d'une conf�nce de presse conjointe,
le Pr�dent Sarkissian a indiqu�ue des bases solides existent,
selon lui, pour une coop�tion dans les domaines de l'agriculture, du
tourisme et de l'�rgie. Il a affirm�voir discut�n d�il avec le
pr�dent polonais dont le pays assume actuellement la pr�dence de
l'UE, des � perspectives � europ�nes de l'Arm�e et du programme de
Partenariat oriental, dont la Pologne est l'un des cor�cteurs. M.
Komorowski a exprim�e soutien de son pays �l'� amarrage � europ�
de l'Arm�e, ainsi que sa disponibilit� partager avec celle-ci son
exp�ence �ce sujet. Le Pr�dent Sarkissian a en outre indiqu�voir discut�vec son homologue du conflit du HK, rappelant que les
attentes du côt�rm�en, comme celle de la communaut�nternationale, vis-�vis du sommet de Kazan ne se sont pas r�is�.
Tout en ne souhaitant pas qualifier ce sommet de fiasco, le chef de
l'Etat arm�en a implicitement rejet�a responsabilit�u manque de
progrès sur la partie azerbaïdjanaise. � L'on �it vraiment prêt du
but �Kazan. Mais ce qui devait arriver est arriv�Tout d'abord, il
faut mettre en cause le fait que le climat n'�it pas propice, ce
dont j'avais parl�epuis la tribune de l'APCE. La question de
l'atmosphère est primordiale. Vous ne pouvez empoisonner votre peuple
tous les jours et �tous les niveaux �, a d�ar�. Sarkissian,
ajoutant que tous ceux qui avaient suivi les d�arations de la veille
du Pr�dent azerbaïdjanais (voir dans le paragraphe
Arm�e-Turquie-Azerbaïdjan), pourrait se demander s'il s'agissait-l�d'une d�aration digne d'une � personne normale �, sinon d'un chef
d'Etat. Ce que demande le peuple du HK et en g�ral le peuple
arm�en, est une solution juste du conflit bas�sur les principes du
droit international. Ces principes sont �nc� a-t-il rappel�dans
le document appel� principes de Madrid �. Il est n�ssaire de
respecter le droit du peuple du HK �avoir des garanties de s�rit�t �vivre dans la � patrie historique �.

R�ndant aux questions des journalistes, le chef de l'Etat arm�en a
soulign�a n�ssit�e l'assistance technique et financière de l'UE
au HK. � La d�cratie est une valeur absolue et tout soutien �la
d�cratie est très appr��ar la partie arm�enne. Or si demain
l'UE apporte son soutien au HK en vue d'y renforcer la d�cratie et
les structures �tiques, l'on ne sera qu'heureux �. Les dernières �
�ctions l�slatives � ont permis �toutes les forces politiques �être repr�nt� �� l'AN �. Trois � �ctions pr�dentielles � ont
eu lieu au HK et aucun des trois � pr�dents � �s n'a h�t�e
pouvoir. � Ils ne se sont jamais permis des expressions outrageuses �l'adresse du peuple azerbaïdjanais, �la diff�nce du pouvoir du pays
voisin �. Et de rappeler que � l'homme rempli par la haine n'est pas
en mesure de prendre des d�sions saines �. Dans ces conditions, le
soutien de l'UE au HK est une n�ssit�a-t-il conclu. Le Pr�dent
polonais a soulign�uant �lui, que dans le règlement du conflit du
HK, les deux principes du droit international devant pr�loir �ient
ceux de l'int�it�erritoriale et du droit des peuples �disposer
d'eux-mêmes.

Ambassade de France en Arm�e

R�ction Merie Hakobian

Le Chef de l'État polonais a quitt�'Arm�e vendredi en fin de
journ�satisfait de son s�ur en exprimant sa profonde gratitude et
son soutien quant �une future int�ation de l'Arm�e �l'Union
europ�ne, ainsi que la construction d'une forte relation bilat�le
entre les deux pays.

Le pr�dent Serge Sarkissian a not�ue les deux peuples depuis des
siècles ont form�es relations cordiales, et not�ue "notre pays, en
effet, tend �être de nature �devenir membre de l'UE, et de cette
façon le soutien des amis est très important", a-t-il dit.

dimanche 31 juillet 2011,
Jean [email protected]