AZERBAIDJAN
Azerbaïdjan : vers un dégel avec l'Iran ?


L'annonce récente que le ministre iranien de la Défense Hossein dehqn
se rendra * Bakou en Septembre est le dernier indicateur qu'un dégel
dans les relations entre l'Azerbaïdjan et l'Iran est en cours.

Les premiers signes de réchauffement des relations sont apparus début
Avril, lorsque le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev s'est rendu en
Iran, où il a rencontré son homologue iranien, Hassan Rouhani, et le
chef suprême, l'ayatollah Khamenei. Bien que les détails de cette
visite soient toujours incertains, un certain nombre d'accords
auraient été signés concernant les affaires économiques et
culturelles.

La visite a marqué une rupture importante par rapport aux tensions qui
ont caractérisé les relations entre l'Azerbaïdjan et l'Iran au cours
des dernières années. La rancoeur mutuelle a atteint un tel point que
les responsables de Bakou se sont plaints publiquement de l'ingérence
iranienne dans les affaires religieuses internes de l'Azerbaïdjan,
alors que Téhéran a exprimé sa préoccupation au sujet de la
coopération stratégique de l'Azerbaïdjan ennemi implacable de la
République islamique. La modification des dynamiques régionales
semblent lancer une nouvelle ère, plus constructive possible dans les
relations entre l'Azerbaïdjan et l'Iran. Tout d'abord, il y a eu un
changement de la garde * l'Iran. Après des années d'une idéologique
implacable et une politique de confrontation menée par
l'administration de l'ancien président Mahmoud Ahmadinejad, l'élection
de Rouhani a apporté des modérés et pragmatiques de nouveau dans la
mise en place de la politique étrangère. Certaines des personnes
actuellement en charge des relations extérieures de l'Iran sont des
vétérans de la pragmatique administration Rafsandjani. Lorsque face *
l'effondrement de l'Union soviétique en 1991, la priorité de l'équipe
Rafsandjani était d'assurer la stabilité des frontières du nord de
l'Iran. Ce n'est pas un hasard, alors, que Rouhani a lui-même tendu la
main * Bakou en soulignant la nécessité d'avoir des relations de bon
voisinage.

Deuxièmement, le gouvernement de Bakou se rend compte que
l'administration Obama est sérieuse au sujet de parvenir * un accord
nucléaire avec l'Iran, ce qui pourrait, * terme, promouvoir un
rapprochement plus large entre les deux pays. Bakou fait de son mieux
pour ne pas être laissé * l'extérieur de ce virage stratégique
potentiellement important au Moyen-Orient. Ce calcul, bien sûr, a des
implications pour les liens israéliens. Mais jusqu'* présent, la
relation plus étroite de Bakou avec Israël n'a pas apporté des
avantages tangibles, en termes de permettre * Bakou de se rapprocher
de son objectif supérieur de politique étrangère de résoudre le
conflit du Haut-Karabakh avec l'Arménie. Israël n'a pas l'effet de
levier dans ce conflit, et pour le lobby pro-israélien * Washington,
qui était la cible principale de la cour de l'Azerbaïdjan, le
Haut-Karabakh est un non-problème.

Troisièmement, l'Azerbaïdjan et l'Iran ont un intérêt commun *
empêcher une résurgence de la Russie de se développer et solidifier
son influence dans le Caucase du Sud. De l'annexion de la Crimée par
la Russie avec la confrontation actuelle en Ukraine orientale, tout
ceci a alerté Téhéran. Malgré leurs ouvertement bonnes relations
bilatérales, Téhéran ne fait pas confiance * Moscou, compte tenu de la
longue histoire d'ingérence russe dans les affaires iraniennes. En ce
sens, l'Iran a un intérêt stratégique * l'existence d'états viables et
indépendants dans le Caucase du Sud - Géorgie, l'Arménie et
l'Azerbaïdjan - servant de tampon contre la Russie.

Ce désir d'un tampon peut inciter l'Iran * jouer un rôle plus actif
dans la résolution du conflit du Karabakh. L'Iran est particulièrement
désireuse d'éviter la possibilité d'une reprise guerre entre l'Arménie
et l'Azerbaïdjan, un développement qui ne créerait pas seulement de
l'instabilité * la frontière nord de l'Iran, mais aussi fournirait *
la Russie un prétexte pour intervenir directement et se rapprocher des
frontières iraniennes. L'Iran n'est pas un membre du Groupe de Minsk
de l'OSCE, qui est chargé de diriger les négociations de paix
actuellement dans l'impasse. Si Bakou joue ses cartes intelligemment,
il pourrait utiliser ses connexions iraniennes rétablies afin
d'exercer une influence sur l'Arménie, compte tenu des relations
chaleureuses entre Téhéran et Erevan.

Quatrièmement, en raison des événements récents en Syrie et en Irak,
l'Azerbaïdjan et l'Iran, deux pays chiites majoritaires, font face *
un défi commun sous la forme d'extrémisme d'inspiration salafiste et
du terrorisme. Environ une centaine d'Azerbaïdjanais seraient morts en
luttant contre le régime de Bachar al-Assad en Syrie. Personne ne sait
combien d'autres Azéris d'inspiration salafiste ont rejoint "le jihad"
en Syrie et en Irak. Même s'il s'agit d'un nombre relativement faible,
cela pourrait signifier des ennuis pour l'Azerbaïdjan, si certains
militants rentrent chez eux et décident d'utiliser leur expérience
militaire acquise en Syrie et l'Irak contre l'administration d'Aliyev.

En s'aliénant l'Iran durant la plus grande partie de l'ère
post-soviétique, les Azéris eux-mêmes ont contribué * l'émergence du
problème salafiste, mais il est maintenant temps d'y remédier. Le
gouvernement iranien, qui fait face * ses propres terroristes
d'inspiration salafiste dans la forme de l'organisation Jaish Al-Adl
opérant dans les zones * prédominance baloutches, peut être un allié
essentiel dans le confinement de cette menace pour la sécurité.

Tout cela montre clairement qu'il existe de fortes incitations pour
l'Azerbaïdjan et l'Iran pour améliorer les relations bilatérales. A ce
moment critique pour la sécurité et la stabilité au Moyen-Orient, le
Caucase du Sud et la Russie, ces terres en difficulté ont besoin de
plus de coopération, pas moins.

Note de la rédaction :

Eldar Mamedov est un conseiller politique du groupe Socialistes &
Démocrates au Parlement européen. Il écrit * titre personnel.

Eurasianet

vendredi 29 août 2014,
Stéphane (c)armenews.com


From: Baghdasarian