ANALYSE SUR LES EXPRESSIONS DU GéNOCIDE ARMéNIEN

http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=69305
Publié le : 28-11-2012

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - L'historien Vartan
Matiossian poursuit ici son analyse sur les diverses expressions
employées pour désigner le génocide arménien, ainsi que leur
utilisation politique dans ce qui est devenue une véritable "
guerre des mots ". Le Collectif VAN vous présente une traduction de
Gilbert Béguian d'un article en anglais du journal Armenian Weekly
mise en ligne sur le site de NAM (Nouvelles d'Arménie Magazine)
le 17 novembre 2012.

Légende photo : Obama a dit "Buyut Felaket"une nouvelle fois
(Source Odaty)

NAM

Armenian Weekly

Publié par Vartan Matiossian le 7 novembre 2012

Génocide des Arméniens (édition corrigée)

La " Grande Calamité " des Turcs : comment " Medz Yeghern "
est devenu " Buyut Felâket "

Le " Medz Yeghern ", qui signifie " Grand Mal " en arménien,
est l'expression que les Arméniens emploient pour le Génocide.

Robert Attarian (2006)1

La citation vient d'un exposé en italien fait par le conférencier,
pour le Consiglio per la comunita armena di Roma (Conseil de la
Communauté Arménienne de Rome) le 28 avril 2006. L'emploi de
l'expression " Medz Yeghern " et " Génocide " dans la même phrase
montre qu'elle procède d'un but conscient poursuivi par des Arméniens
italiens afin d'encourager son adoption pour identifier le Génocide
dans d'autres langues que l'arménien.

Un exemple parmi beaucoup d'autres est celui du jeune écrivain italien
Paolo Cossi qui publia en 2007 une nouvelle en bande dessinée dont le
titre était Medz Yeghern, il Grande Male (Medz Yeghern, le Grand Mal).

Il était clair que dans son esprit, Medz Yeghern n'était pas un
euphémisme. " J'ai écrit mon premier livre Medz Yeghern pour
introduire et expliquer le génocide arménien aux Italiens ",
a récemment déclaré Cossi. " Ma motivation était d'abord une
motivation profondément humaine, et c'était très important parce
que c'est le premier génocide du 20ème siècle. Je voulais créer
quelque chose qui pourrait éduquer le public italien sur le génocide
parce qu'il sait peu de chose sur ce sujet "2. Jusqu'a présent, la
bande dessinée a été traduite en francais, espagnol, hollandais,
grec et coréen.

Medz Yeghern = Buyuk Felâket = Grande Calamité

La promotion progressive de Medz Yeghern en " Grand Mal " en Italie
s'est développée simultanément a l'émergence de " Grande Calamité
" aux Etats-Unis, qui commenca également a être utiliség en Turquie
sous la forme de l'équation récemment développée Medz Yeghern =
Buyuk Felâket = Grande Calamité.

La traduction " Grande Calamité " semble avoir été facilitée
par la supposition fausse que " yeghern " appartient a deux champs
sémantiques, " crime " et " calamité ". Dans un essai lors du 60ème
anniversaire du Génocide, un auteur Arménien européen, Aram Terzian
écrivait : " Ces tristes expériences ont laissé une marque profonde
sur les survivants, parmi lesquels 300 000 orphelins, et l'expression
spéciale medz yeghern est a présent dans leur langage une expression
consacrée pour rappeler l'inhumanité de cette période. Une lourde
tristesse a marqué les vies des descendants des martyrs. Pour les
nouvelles générations, medz yeghern porte le concept de ' grand crime
' ou ' grande calamité ', et elles méditent sur ce sujet de survie
avec un sentiment quasi mystique de sainteté ".3

L'autre supposition fausse est que yeghern appartient a un champ
sémantique, " calamité/catastrophe " comme le sociologue arménien
allemand Mihran Dabag a mis en avant dans un article publié en 1999 :
" Yegherne aradsh, yegherne verdsch, avant et après la Catastrophe
; ainsi commence aujourd'hui tout récit de remémoration et de
l'histoire arméniennes ".4

Dans une étude sur la terminologie du génocide employée dans les
media arméniens, publiée en 2006, le chercheur Khatchig Mouradian
a conclu que yéghern a un sens double. " crime " et " catastrophe
", tandis qu'il traduisait Medz Yeghern simplement par " Grand Crime
" et Abrilian Yeghern simplement par " Crime d'Avril ".5

Dans une version complète publiée en 2009, il a semblé vouloir se
corriger légèrement lui-même : il y reprit les deux sens de yeghern
et écrivit que Medz Yeghern voulait dire " Grand crime/catastrophe
et Abrilian Yeghern " le crime/catastrophe d'avril ".6 En 2009,
l'historienne allemande Annette Schaefgen faisait allusion a la
dichotomie supposée entre yeghern " Calamité " et Medz Yeghern "
Grand Crime ", mais laissait inexpliquées les raisons qui ont fait
passer de " calamité " a " crime " du jour au lendemain.

Le mot " yeghern " a beaucoup de sens : " infortune, désastre,
incident, catastrophe. " Medz Yeghern ", " grand crime " désignait
bien s"r les événements de 1915-1916 dans le langage parlé
arménien, parce que le terme ' Tseghaspanoutioum "[sic*], "
assassinat de race ", cependant, était employé dans les discussions
linguistiques de ' génocide ' ".7

Un contributeur régulier a Armenian Weekly, C.K. Garabed,
avoua en 2010 " ne pas bien connaître le terme Medz Yeghern et en
conséquence consulta divers dictionnaires pour se fixer sur son sens
". Il découvrit que les définitions trouvées dans ces dictionnaires
Arménien-Anglais tournaient autour du champ sémantique de "crime ". "
Les plus anciennes le définissent comme Grand Crime, délit, offense,
scélératesse, les plus modernes comme Grand crime, atrocité,
assassinat. Mais quoi qu'il en soit, il semblait pencher pour la "
traduction littéraire " suggérée par l'historien Dennis Papazian
dans une communication personnelle : " Grand Cataclysme Arménien ".8

Entre temps, en 2009, le journaliste arménien de Turquie Robert
Koptas, citant l'étude de Mouradian de 2006, avait écrit que Medz
Yeghern voulait dire en même temps Buyuk Felâket (Grande Calamité)
et Buyuk Suc (Grand Crime).9 La traduction turque du message d'avril
2012 du président Barak Obama, publiée dans l'hebdomadaire arménien
de Turquie Agos, dont Koptas est l'actuel éditeur, suivait cette
supposition : Medz Yeghern était sommairement traduit en Buyuk
Felâket dans la première phrase et en Buyuk Kiyim [Grand massacre]
dans la dernière10, comme si les deux mots étaient synonymes.

Buyuk Felâket, traduction littérale turque de " Grande Calamité "
est actuellement une expression " autorisée " dans la terminologie
employée au cours des discussions sur le génocide. On peut
retrouver son emploi dans le message du Nouvel An de Mesrob
Mutafian, le Patriarche arménien de Turquie, en arménien, en
anglais et en turc au soir de la Saint Sylvestre de 2005, dans
lequel il a évoqué le Génocide par l'expression " Medz Yeghern "
en arménien, " le Grand Désastre " en anglais, et " Buyuk Felâket "
en turc. La rédaction du premier paragraphe de la version " L'un des
douloureux événements de l'histoire... est a présent connu dans
la littérature arménienne sous le nom de Medz Yeghern (Le Grand
Désastre) ". Ce paragraphe a été cité et approuvé par Harut
Sassounian, l'éditorialiste arménien américain qui écrivait :
' Pour le bénéfice des personnes qui ne parlent pas l'arménien,
nous devrions signaler que le terme Medz Yeghern était employé
par les Arméniens pour décrire le Génocide Arménien avant que
le terme génocide n'existe. Medz Yeghern pourrait être traduit
indifféremment par " Grand Désastre ", Grande Calamité " ou "
Grand Cataclysme ".' Les Arméniens évoquent encore quelquefois
le Génocide Arménien en recourant a l'expression ' Medz Yeghern,'
tout comme les Juifs emploient le mot hébreu Shoah pour l'Holocauste
". Il a également fait l'éloge de la déclaration courageuse du
Patriarche dans les " conditions répressives " de la Turquie :
" Nous devrions relever que le Patriarche, dans sa déclaration,
emploie le terme " annihilation " qui signifie extermination ou
destruction totale, ce qui est une autre facon de dire génocide ".11

Les Italiens ont une expression : Si non è vero, è bel trovato
(même si ce n'est pas vrai, c'est bien imaginé). Les écrivains turcs
avaient diverses sources a leur disposition (la BBC, le New York Times,
le Patriarche Mesrob, et Harut Sassounian, par exemple) pour y trouver
la traduction de Medz Yeghern en " Grande Calamité " et employer
leur propre Buyuk Felâket avec quelque raison. Quelle que soit son
origine, la traduction apparaît, dans la déclaration d'excuses
pour le génocide faite en ligne bien connue par quatre intellectuels
turcs en décembre 2008. La première phrase de la version anglaise
se lit : " Ma conscience n'accepte pas l'insensibilité montrée a
l'égard de la Grande Catastrophe [Buyuk Felâket, dans la version
turque] et sa négation, que les Arméniens ottomans ont subi en 1915
". Le 12 décembre 2008, l'un des quatre signataires, Baskin Oran,
donna l'exégèse qui suit a la Canadian Broadcasting Corporation :
" vous voyez, 'Grande Catastrophe', en arménien 'Medz Yeghern' était
la seule définition, la seule expression employée jusqu'a ce que
la diaspora arménienne ait découvert les avantages en relations
publiques de " Génocide Arménien ". Donc, nous employons 'Grande
Catastrophe' ".12

Un autre signataire, Cengiz Aktar, le 19 décembre, déclara dans un
débat a la TV turque Kanal D que " Medz Yeghern " est une expression
qui remonte a 1915. Le terme génocide et son fondement en droit
international est [sic] de 1948. De 1915 a 1948, le peuple arménien
qui en a été victime se devait évidemment de lui donner un nom. Nous
avons employé le nom qu'eux-mêmes employaient".13 L'idée était
que Medz Yeghern, avec la traduction prétendue " Grande Catastrophe "
était un terme " neutre " utilisé avant génocide et par conséquent
plus acceptable pour les " modérés " des deux camps qui voulaient
s'engager dans un processus de " réconciliation ". Dans un exposé
d'octobre 2009, Oran justifia l'emploi de Medz Yeghern en disant
que ce terme était employé en République d'Arménie, qu'il était
employé dans le texte du monument des martyrs d'Erevan, qu'il avait
été employé par le Pape Jean-Paul II en 2001 et qu'il n'y avait eu
aucune protestation ; qu'il avait été utilisé par le Catholicos de
tous les Arméniens Karekin II dans son discours en Arménien (traduit
par " génocide " dans la version anglaise) en 2001, et qu'il était
le terme principalement employé par les Arméniens avant (et après)
'Génocide'.14

Sassounian fit des commentaires sur les inexactitudes du texte "
Les critiques arméniennes ont relevé plusieurs raccourcis dans la
déclaration turque. D'abord, la présentation d'excuses a évité
l'emploi de l'expression 'Génocide Arménien' en faisant référence
a la 'Grande Catastrophe'. Deuxièmement, il ne mentionne que 1915,
plutôt que 1915-1923. Troisièmement, la présentation des excuses
était faite par des particuliers turcs, plutôt que par l'Etat
turc. "15

Le chercheur Marc Mamigonian a relevé que l'expression Medz
Yeghern / Grande Catastrophe avait été adoptée et se trouvait
intégrée dans la discussion comme si ceux qui le faisaient - ceux
qui n'ont eux-mêmes découvert le terme que tardivement- avaient soit
l'autorité morale soit la compétence scientifique qui leur permette
d'affirmer quels termes doivent être ou ne pas être employés ".16

La presse turque était envahie par les articles relatifs au nouveau
terme arménien et a ses " traductions ", a la fois en anglais et en
turc (indifféremment " Grande Calamité ", " Grande Catastrophe ",
" Grande Tragédie "). L'Archevêque Aram Ateshyan lui-même, vicaire
général actuel du Patriarcat de Constantinople, a employé " Grande
Catastrophe " pour traduire Medz Yeghern dans une entrevue au journal
allemand Der Spiegel en avril 2009.17 Il apparaît que Buyuk Felâket
était déja prêt et n'attendait que son assimilation a Medz Yeghern
pour devenir un objet de grande consommation dans la guerre des mots de
l'époque. Selon Yavuz Baydar, son arrière-grand-père avait évoqué,
pour l'invasion bulgare de la Thrace occidentale (au cours de la
guerre des Balkans de 1912), le terme Buluk Felaket. Le journaliste de
ToDay's Zaman avait affirmé que Medz Yeghern était son équivalent
arménien, " un terme populaire employé dans de nombreux contextes
similaires dans la tourmente des tragédies qui, très profondément,
a balayé l'esprit de l'Asie Mineure, déportation de Grecs, Gallipoli,
le Front russe, les Balkans, et bien s"r, les Arméniens ".18

La presse arménienne semble avoir tout juste accédé a la "
traduction " sans aucune vérification des origines. Par exemple,
un commentaire non-signé du journal Asbarez (probablement écrit
par l'éditeur), avait cité le texte de la demande d'excuses et
ajouté " nous avons alors ce machin "Grande Catastrophe ". Ils
emploient peut-être une traduction de notre Medz Yeghern que nous
employions avant. Quoi qu'il en soit, ce n'est pas 'génocide'. C'est
au mieux une norme inférieure, plus probablement intentionnellement
évasive pour des raisons de sécurité personnelle et politique,
et peut-être volontairement empreint de duplicité ".19 Trois jours
plus tard, la traduction du débat mentionné plus haut sur Kanal D
était publiée sur l'Internet. Il citait plusieurs ambassadeurs en
retraite, parmi lesquels le vétéran négationniste Sukru Elekdag,
ancien ambassadeur aux ~Itats-Unis et membre du parlement a ce
moment-la, qui fit une violente critique de la demande d'excuses que
les commentateurs arméniens ignorèrent : " D'abord, ils en réfèrent
a la Grande Catastrophe ; c'est Medz Yeghern en arménien. Ce mot est
un synonyme du mot génocide. La différence entre les deux termes
est aussi mince que celle entre massacre de masse et tuerie de masse
(kitle katliami et kitlesel öldurme). Il n'y a pas de différence
entre les deux. Lorsque Medz Yeghern est employé, les Arméniens
comprennent génocide. Quand certaines personnes officielles vont
en Arménie, visitent le monument, et souhaitent condamner tout en
n'offensant pas la République turque, ils emploient Medz Yeghern,
et les Arméniens acceptent cela. Cette déclaration est un soutien
énorme pour la campagne du génocide de la Diaspora arménienne. Il
aurait convenu d'employer des termes tels que grande tragédie ou
douleur. Le concept de Grande Catastrophe est un terme défini qui
a un sens chargé très difficile a changer. Par conséquent, cela
provoque des réactions...Aujourd'hui, Medz Yeghern est un terme
totalement défini. Et il est synonyme de génocide. Il n'est pas
possible de comprendre autrement cette déclaration. "20

Assurément, Elekdag ignorait, intentionnellement ou non, qu'il y a
une traduction littérale arménienne pour " génocide " et que Medz
Yeghern ne veut pas dire ' Grande Catastrophe '. Mais, par ailleurs,
il semblait avoir appris ses lecons remarquablement bien. Il savait que
chaque fois que Medz Yeghern est employé, les Arméniens comprennent
génocide.

Medz Yeghern = Buyuk Felâket ?

Si ce n'était pas une source non-turque, on pourrait croire que
la source de la traduction turque en " Grande Calamité " ou "
Grande Catastrophe " aurait pu être un dictionnaire ou un lexique
Arménien-Turc. Notre recherche dans un groupe de bibliographie
disponible a rendu les résultats qui suivent.21

On peut tirer de l'examen des définitions des dictionnaires les
conclusions suivantes :

1) Yeghern voulait dire cinayet suc ou kahabat, 2° Aghed voulait dire
felaket ou bela Par conséquent, la traduction de Medz Yeghern par
Buyuk Felâket, qui emporterait le sens de Grande Calamité /Grande
Catastrophe/grand Désastre, est injustifiée.

Notes

1 Voir www..gliscritti.it/approf/2006/conferenze/attarian01.htm.

2 The Armenian Weekly, 17 mai 2012 (mots soulignés par l'auteur)

3 Aram Terzian, "1915 : L'Année la plus Sombre," Armenian Review,
été 1975, p. 158.

4 Mihran Dabag, "Feien des Gedenkens," dans Bernhard Scheneider et
Richard Jochum (eds.), Erinnerungen an das Töten : Genozid reflexiv,
Vienna, Cologne and Weimar : Böhlau, 1999, p. 49.

5 The Armenian Weekly, 23 septembre 2006.

6 Khatchig Mouradian, " From Yeghern to Genocide : Armenian Newspapers,
Raphael Lemkin, and the Road to the UN Genocide Convention," [ "du
Yeghern au Genocide : Journaux Arméniens, Rapha"l Lemkin et la Route
vers la Convention sur le Génocide "] Haigazian Armenological Review,
vol. 29, 2009, p. 128.

7 Annette Schaefgen, "Von der treuen millet zum Sundenbock oder
Die Legende vom armenische Dolschto~_," chez Wolfgang Benz (ed.),
Vorurteil und Genozid : Ideologische Prämische der Völkermords,
Vienna, Cologne et Weimar : Böhlau, 2010, p. 59.

*Le terme en arménien pour " génocide " est Tseghaspanoutioun
(avec un " n " a la fin).

8 The Armenian Weekly,3 juin 2010.

9 Radikal, 3 mai 2009.

10 Agos, 25 avril 2012.

11 California Courier, 5 janvier 2005.

12 Cité dans Marc Mamigonian, "Commentaire sur la Campagne d'Excuse
Turque," Armenian Weekly/Hairenik magazine hebdomadaire, avril 2009,
p. 19, 21.

13 Voir
http://armenians-1915.blogspot.com/2008/12/2680-tv-debate-transcript-32nd-day-on.html
(en anglais).

14 Baskın Oran, "Denialism and Civil Society in Turkey," Clark
University, Strassler Family Center for Holocaust and Genocide Studies
(baskinoran.com/konferans/ClarkUniversity.pdf). [Négationnisme et
Société Civile en Turquie, " Université Clark, Centre Famille
Stassler pour les Etudes sur l'Holocauste et le Génocide]

15 The Huffington Post 18 décembre 2008.

16 Mamigonian, " Commentaire ", p.22.

17 The Armenian Weekly, 7 mai 2009.

18 ToDay's Zaman, 27 avril 2009.

19 Asbarez, 24 décembe 2008 (c'est
nous qui avons mis en caractères gras). -20
http://armenians-1915.blogspot.com/2008/12/2680-tv-debate-transcript-32nd-day-on.html
(les caractères gras sont ajoutés par l'auteur de l'article).-

21 Bargirk haykazian lezvi (Dictionary of the Classical Armenian
Language), vol. 2, Venice : Antoni Bortoli, 1769, p. 9, 113 ; Rev.

Emmanuele Ciakciak, Nuovo dizionario italiano-armeno-turco, Venecia :
Tipografia Armena di San Lazzaro, 1829, p. 83, 174, 436 ; Nor bargirk
Haykazian lezvi (New Dictionary of the Classical Armenian Language),
vol. 1, Venice : S. Lazarus Press, 1836, p. 654 ; [Rev. Sukias
Somalian], A Pocket Dictionary of the Armenian, English and Turkish
languages, Venice : Press of the Armenian College of St. Lazarus,
1843, p. 20, 127, 316 ; [Idem], A Pocket Dictionary of the English,
Armenian and Turkish languages, Venice : Press of the Armenian College
of St. Lazarus, 1843, p. 76, 145 ; Krikor Peshdimaldjian, Bargirk
haykazian lezvi (Dictionary of the Classical Armenian Language),
Constantinople : Boghos Arabian, 1844, p. 17, 325 ; [Rev. Pilibbos
Chamchian], Nuovo dizionario Italiano-Francese-Armeno-Turco,
Vienna : PP. Mechitaristi, 1856, p. 143, 166, 581 ; Djanig Aram,
Dictionnaire abrégé Arménien-Turc-Francais, Paris : Typographie
Arménienne, 1860, p. 2, 17 ; Rev. Srabion Eminian, Baragirk
gagghieren-hayeren-tajkeren (Dictionary French-Armenian-Turkish),
Vienna : Mekhitarist Press, 1871, p. 155, 254, 743 (first edition,
1851) ; M. K. Minassian, A Dictionary, English, Armenian and
Armeno-Turkish, Constantinople : V.

and H. Der Nersessian, 1908, p. 155, 246 ; Bedros Zeki Garabedian,
Metz bararan osmanerene hayeren (Great Dictionary Ottoman-Armenian),
Constantinople : Arshag Garoyan, 1912, p. 270, 594 ; Rev. Aristakes
Bohjalian, Trkerene hayeren ardzern bararan (Turkish-Armenian Practical
Dictionary), Istanbul : Armenian Turkish Teachers' Organization,
1981, p. (first edition, 1974), p. 60, 138, 432 ; R. H.

Baghramyan and I. H. Khalilov, Hay-adrbejaneren bararan
(Armenian-Azerbaijani Dictionary), Yerevan : Luys, 1978, p. 16, 124 ;
Rev. Aristakes Bohjalian, Hayerene hayeren batsadrakan ardzern bararan
(Armenian-Armenian Practical Explanatory Dictionary), Istanbul :
Armenian Turkish Teachers' Organization, 1991, p. 12, 142 (first
edition, 1974) ; Katarine Kondakjian, Turkeren-hayeren bararan
(Turkish-Armenian Dictionary), Yerevan : Antares, 2003, p. 109, 137,
292 ; R. S. Ghazaryan, Turkeren-hayeren bararan, Yerevan : Mitk,
2003, p. 82, 164, 432 ; Birsen Karaca, Dogu Ermenice-Turkce sözluk,
second edition, Ankara : Ankara University, 2007, p. 76.

Traduction Gilbert Béguian

Article en anglais :

The Turkish-Made 'Great Calamity': How 'Medz Yeghern' Became 'Buyuk
Felâket'

Lire la première partie de cette analyse sur :

L'instrumentalisation de la " Grande Catastrophe "

Né a Montevideo (Uruguay) et résidant de longue date a Buenos Aires
(Argentine), M. Vartan Matiossian est un historien, spécialiste de la
littérature, traducteur et enseignant vivant dans le New Jersey (USA).

Il a publié six livres sur l'histoire et la littérature arméniennes
(cinq en arménien et un en espagnol), et des dizaines d'articles en
arménien, en espagnol et en anglais. Il est actuellement directeur
exécutif du Comité national de l'éducation arménienne a New York
et Editeur de critiques de livre dans Armenian Review.

samedi 17 novembre 2012, Jean Eckian ©armenews.com

D´autres informations disponibles : sur Armeniaca

Retour a la rubrique

Source/Lien : NAM


From: Baghdasarian