ELECTIONS PRESIDENTIELLES : TSAROUKIAN A LEVE L'INCERTITUDE
Stephane

armenews.com
jeudi 20 decembre 2012

Suite a une reunion du Conseil politique, Armenie prospère a diffuse
une declaration, relevant que finalement le parti a pris la decision
de ne pas avancer de candidature pour les elections presidentielles de
2013 et de ne soutenir aucun candidat. Ni le parti, ni son President
Gaguik Tsaroukian, n'ont donne d'explication sur les motifs d'une
telle decision. [Rappelons que cette decision intervient suite a la
rencontre de M. Tsaroukian avec le President Sarkissian samedi dernier
(cf. revue du 11 decembre)]. Les quotidiens sont unanimes pour affirmer
que la decision d'Armenie prospère a cree une nouvelle situation sur
la scène politique armenienne et souleve de nouvelles interrogations :
a qui ira le vote de l'electorat d'Armenie prospère ?

quelle sera la strategie de cette formation politique au lendemain des
elections ? demeurera-t-elle une force d'opposition ou preferera-t-elle
se rallier au parti Republicain au sein d'une coalition ? La
position de Gaguik Tsaroukian desormais connue, les commentateurs
s'interrogent sur celle de Levon Ter-Petrossian, qui lui-meme attendait
la decision du leader d'Armenie prospère pour se determiner. D'après
plusieurs journaux, les representants du CNA seraient visiblement
contents de la decision d'Armenie prospère, esperant un report des
voix d'une grande partie de son electorat (500 000 personnes). Azg
estime que M. Tsaroukian etant un entrepreneur, il a dû faire une
analyse coût/avantage de sa decision et s'il ne se presente pas
comme candidat, c'est parce que les inconvenients d'une candidature
l'emporteraient. D'après ce quotidien, le President Sarkissian a, tout
a la fois, gagne et perdu dans cette affaire, dans la mesure où sa
reelection dès le premier tour ne fait plus de doute, mais l'absence
d'un adversaire beneficiant d'un electorat solide risque de minimiser
la legitimite de sa victoire. Toute cette histoire autour d'Armenie
prospère et de son leader a revele, selon Azg, l'etat " deplorable "
de la scène politique armenienne, dans la mesure où pendant des mois,
toutes les formations politiques etaient dans l'attente de la decision
d'une seule personne. Pour 168 Jam, la marche-arrière de M. Tsaroukian
a revele a quel point la politique et les interets economiques sont
entremeles. " En Armenie tout peut s'acheter, sauf la liberte et le
droit de prendre des decisions independantes. M. Tsaroukian est l'un
des hommes les plus riches d'Armenie et dans le meme temps l'un des
moins libres ", ecrit 168 Jam, ajoutant que G. Tsaroukian a brise
auprès de son electorat son image de personnalite " puissante ",
puisque les decisions le concernant sont prises par d'autres. "
Il a presque tout perdu, sauf sa fortune. Pour le moment ", conclut
168 Jam. Ce journal n'exclut pas non plus qu'Armenie prospère puisse
assister a la defection de quelques-uns de ses membres, notamment
ceux qui etaient favorables a la participation du parti au scrutin
presidentiel. Jamanak s'interroge a la " une " sur ce que fera ou
dira Vartan Oskanian. Hraparak n'exclut pas qu'une fois les elections
passees, Armenie prospère soit recompensee et fasse partie de la
coalition gouvernementale. Jorovurd, quant a lui, constate que l'on
connaît d'ores et deja l'issue des elections.

Le parti Republicain, via son porte-parole Edouard Charmazanov,
a declare qu'il respectait la decision d'Armenie prospère et de
son leader, mais que cela ne changeait rien dans les plans de Serge
Sarkissian. Tert.am reproduit l'avis d'un responsable d'Heritage,
Stiopa Safarian, selon lequel le fait que le leader de la deuxième
formation politique armenienne, après avoir prepare la societe a
sa candidature, en arrive a declarer qu'il ne se presentera pas et
ne soutiendra personne, temoigne de l'atmosphère de " terreur " qui
règne dans le pays. Toute cette histoire a montre, selon M. Safarian,
qu'en dehors de la vie politique " decorative et cosmetique ", il
existe une vie clandestine où l'on utilise des methodes inadmissibles.

Alexandre Arzoumanian, ancien Ministre des AE et actuellement depute
du parti Democrates libres, estime dans Aravot qu'il est difficile [en
Armenie] d'etre tout a la fois entrepreneur et dans l'opposition. Il
dit ne jamais avoir cru qu'Armenie prospère soit un parti d'opposition,
celle-ci ayant incarne le pouvoir et continuant a le faire. Les "
jeux " d'opposant d'Armenie prospère ont, selon lui, " defigure " le
camp de l'opposition et actuellement il n'existerait pas de candidat
susceptible de regrouper celle-ci.

Extrait de la revue de presse de l'Ambassade de France en Armenie en
date du 13 decembre 2012

jeudi 20 decembre 2012, Stephane ©armenews.com



From: Emil Lazarian | Ararat NewsPress