ARMENIE
Des journalistes victimes d'intimidation


Des jeunes pro-gouvernementaux ont intimidé et insulté des
journalistes jeudi pour empêcher la couverture par la presse d'une
cérémonie au cours de laquelle Taron Markarian maire d'Erevan a reçu
un doctorat controversée d'une université d'Etat arménienne.

Taron Markarian a obtenu un doctorat en économie de l'Université
d'État d'économie après avoir défendu sa thèse sur l'administration
des affaires municipales. La cérémonie a eu lieu derrière des portes
closes malgré une obligation légale que ces procédures doivent être
ouvertes au public et aux médias en particulier.

Taron Markarian, qui affirme avoir passé près de trois ans à écrire la
thèse, semble s'être introduit dans le btiment de l'université au
centre-ville d'Erevan par la porte arrière, évitant des dizaines de
journalistes qui l'attendaient à l'entrée principale. Ces derniers ont
tenté de progresser dans le btiment mais se sont confrontés à
plusieurs dizaines de jeunes agressifs dirigés par Sevak Khachatrian,
le président du conseil étudiant de l'université et membre de l'aile
de la jeunesse du Parti républicain d'Arménie (HHK).

Khachatrian a été aidé par trois autres jeunes. Un portrait des quatre
hommes datant de 2012 et tous portant le logo HHK aux côtés du
président Serge Sarkissian a été trouvé posté sur Facebook plus tard
dans la journée.

Un agent de police qui gardait le btiment a refusé de laisser entrer
les journalistes, dont un correspondant de RFE / RL, dans l'auditorium
où Taron Markarian devait soutenir sa thèse. Ils ont refusé de
s'identifier ou de donner des explications claires. Certains d'entre
eux ont raillé, menacé et insulté la presse.

Koryun Atoyan, le recteur de l'université qui a supervisé le prétendu
travail de doctorat du maire, a rejoint les jeunes hommes et a défendu
leurs actions quelques instants plus tard. « La soutenance est
publique mais l'entrée de l'université n'est pas libre » a déclaré
Atoyan.

Dans les commentaires suivants au site lurer.com, Atoyan a dédouané
les actions des hommes qui ont été clairement réalisées sur ses
ordres. Il a affirmé que leur comportement violent et grossier a été
provoqué par certains journalistes. « La défense de la thèse de
doctorat de Taron Markarian a eu lieu conformément aux procédures
adoptées en Arménie » selon le recteur.

Cependant, la véracité de cette affirmation a été contestée par la
Commission suprême de qualification, un organe de l'Etat qui certifie
les doctorats décernés par diverses universités. Lilit Arzoumanian, la
présidente de la commission, a dit au service arménien de RFE / RL
(Azatutyun.am) qu'il n'y a pas de lois ou de règlements permettant aux
administrations des universités de restreindre l'accès des médias à
ces cérémonies.

Taron Markarian, quant à lui, affirmé qu'il n'avait « aucun problème »
avec la présence de journalistes à sa soutenance de thèse. «
Honnêtement je ne sais pas ce qui s'est passé, j'étais à l'intérieur
[du btiment] » a-t-il déclaré au journal « 168 Zham ».

Le maire de 35 ans qui est un membre éminent du parti au pouvoir,
semblait satisfait de sa défense et a affirmé que la position
politique n'a pas eu d'influence sur l'octroi d'un diplôme de
doctorat. « Mon humeur est très bonne » a-t-il dit.

lundi 30 décembre 2013,
Stéphane ©armenews.com