ARMENIE
Arménie : L'importation des lions et des tigres suscite des craintes


Les voisins du député d'Erevan Mher Sedrakian, membre du Parti
Républicain d'Arménie, ont un problème persistant avec le bruit. Mais
cela ne concerne pas des interventions sauvages ou des klaxons des
voitures. Non il s'agit de lions.

La prétendue collection de lions de Mher Sedrakian, apparemment gardés
comme animaux domestiques hurlent constamment et effraient le
quartier, et personne ne peut les convaincre d'arrêter se sont plaints
ses voisins * EurasiaNet.org récemment.

De plus en plus, de nombreux Arméniens peuvent comprendre cette
inquiétude. Des zoos privés avec des lions, des tigres et des ours
sont en train de devenir un passe-temps populaire pour les riches et
les puissants dans ce petit pays du Sud-Caucase, et le gouvernement ne
semble pas enclin * intervenir.

Au lieu de cela, les récentes modifications apportées * la loi sur la
faune sauvage, adoptée le 12 Avril, pourraient faciliter ce
passe-temps. Les citoyens peuvent posséder des animaux sauvages, y
compris des espèces en voie de disparition, s'ils ont des espaces pour
les animaux qui assurent >, et
empêchent la fuite de la captivité stipule la loi. La supervision est
censée être >.

Mais elle ne l'est pas. En novembre, des bébés tigres ont été trouvés
dans les rues d'Etchmiadzin, une ville * environ 20 kilomètres de la
capitale, Erevan, selon les médias locaux.

Bien que les tigres, comme espèce en voie de disparition, ne peuvent
pas être exportés * l'état sauvage, leur importation * partir de zoos
est autorisée.

Une recherche dans la base de données pour 2008-2013 de la Convention
sur le commerce international des espèces de faune et de flore
sauvages menacées d'extinction (CITES) montre l'importation de six
tigres en Arménie, dont trois tigres de Sibérie d'Ukraine. Le reste
est venu de Belgique, du Chili et du Kazakhstan.

Un officiel des gardes-frontières arméniens, qui a refusé d'être
nommé, a expliqué * EurasiaNet.org qu'un tigre peut être introduit
dans le pays si les documents montrent son pays d'origine et
démontrent qu'il est la troisième génération d'une ligne de tigres de
zoo.

Un certificat qui autorise l'envoi de l'animal est également
nécessaire de la part de CITES, a déclaré Hovhannes Mkrtchian, le
responsable du Département de la sécurité alimentaire au ministère de
l'agriculture, qui vérifie les documents d'importation et vérifie la
santé des animaux.

Mais les rapports d'enquête par le site de nouvelles Hetq.am indiquent
que l'ensemble des animaux exotiques importés en Arménie - * savoir,
une espèce menacée des bonobos - ne se retrouve pas dans la base de
données du CITES.

De même, bien que les crocodiles aient été proposés * la vente dans
les supermarchés d'Erevan en décembre dernier pour le Nouvel An, la
base de données ne contient aucune mention de leur importation en tant
que produits alimentaires.

Elle montre cependant un tableau des importations exotiques. Les
guépards sont en tête de la liste des félins, avec 18 importations en
provenance des Émirats arabes unis et d'Afrique du Sud entre 2008 et
2013. Neuf lions ont été importés au cours de la même période des
Émirats arabes unis.

Quarante et un renard natifs du Sahara, sont entrés Arménie entre 2009
et 2010, tandis que 21 nandous, des autruches d'Amérique du Sud, ont
fait le voyage en 2012.

Rien ne précise que ces animaux étaient destinés au Zoo d'Erevan.

Le directeur du Zoo d'Erevan Ruben Khachatrian a souligné que son zoo
a >,
et a exprimé le regret que l'Arménie ait développé une réputation pour
un commerce illégal d'animaux sauvages.

>.

Le gouvernement a lancé une enquête criminelle sur l'importation
d'animaux en Arménie après une enquête d'Hetq.am, mais aucune percée
n'a été annoncée. La précaution pourrait tempérer les questions des
procureurs.

Parmi ces Arméniens connus pour avoir un avant-goût de la faune
exotique figure l'un des plus puissants acteurs politiques du pays,
l'homme d'affaires millionnaire Gagik Tsarukian, chef du parti Arménie
prospère.

En 2009 une vidéo sur YouTube montrait un ne placé dans une cage de
lions dont la scène dit-on aurait été filmée * Erevan dans la
résidence de Tsarukian, qui contient un zoo privé.

Son porte-parole, Iveta Tonoian, a nié tout lien avec l'affaire, mais
a déclaré que Gagik Tsarukian possède une vingtaine de lions et tigres
blancs, qui vivent >.

Gagik Tsarukian est pas seul avec ses goûts. L'ancien vice-ministre de
la Défense le Lieutenant général Manvel Grigorian, chef d'une
organisation influente de vétérans de la guerre du Karabagh, garde des
tigres, des lions, des ours et divers oiseaux dans un zoo privé de la
ville d'Etchmiadzine.

Selon Hetq.am, un tigre édenté protège également la maison *
Etchmiadzin de Grigorian. On soupçonne que les bébés tigres trouvés
errants dans la ville l'an dernier appartenaient au général, qui n'a
pas répondu * ces allégations.

Le gouvernement n'a jamais répondu aux demandes des écologistes de
voir la documentation pour les ours bruns en voie de disparition
prétendument détenues par le gouverneur de la région du Tavush Hovik
Abovian.

Hovhannes Mkrtchian du ministère de l'agriculture affirme cependant
que >.

> a-t-il dit.

Mais cela ne fonctionne pas toujours. En 2012, un lion, prétendument
détenue par un ancien colonel de la police, a grièvement blessé un
enfant de deux ans dans un village non loin de la frontière turque.

L'environnementaliste Silva Adamian, l'une des rares militantes
arméniennes suivant cette question, affirme que la loi sur la faune ne
fonctionne tout simplement pas.

> a dit Adamian.

Des établissements de restauration * travers le pays offrent de la
viande d'ours, de sangliers et de cerfs sur leurs menus. Les ours
offrent également des spectacles. Ils peuvent également être repérés
dans Erevan - deux fois dans la dernière année.

Aucun parlementaire travaillant sur les questions environnementales
n'a souhaité faire de commentaires * EurasiaNet.org sur ces pratiques.

Les groupes de la société civile ne sont pas prêts * aborder la
question non plus, selon Adamian.

>,
dit-elle.

Pendant ce temps, les importations continuent.

Note de la rédaction :

Marianna Grigoryan est une journaliste indépendante basée * Erevan et
rédacteur en chef de MediaLab.am.


EurasiaNet.org
dimanche 30 novembre 2014,
Stéphane (c)armenews.com