UNE MAISON D'IMPRESSION EN AZERBAIDJAN SOUS LA MENACE

AZERBAIDJAN

Les defenseurs de la liberte d'expression en Azerbaïdjan ont rallie
la cause de la plus grande maison d'edition du pays dont ils croient
qu'elle a ete attaquee par les autorites fiscales pour agir comme un
canal pour d'autres points de vue.

Une organisation de jeunesse appelee Dalga a organise une manifestation
dans la capitale Bakou a l'appui de la maison privee d'edition Qanun le
14 Mars, mais la police a disperse les quelques dizaines de personnes
qui y ont assiste.

Au debut de mars, le ministère des impôts a ordonne a Qanun de payer
une amende de 150 000 manats (190 000 dollars) la laissant proche de
la faillite.

Le service de presse du ministère a declare a l'IWPR que les enqueteurs
avaient trouve deux cas distincts d'evasion fiscale - l'un impliquant
la maison d'edition elle-meme, qui devait 74 000 manats, et une
autre d'un magazine appele aussi Qanun (droit), qui devaient 30 000
manats. Le proprietaire de l'entreprise Shahbaz Khuduoghlu a declare
a l'IWPR que ce n'etait pas la première fois que des agents avaient
suivi son entreprise, pour des raisons qui n'ont rien a voir avec
les recettes fiscales. >. Khuduoghlu est alle devant
le tribunal pour lutter contre les actions du ministère de l'impôt,
mais sa soumission pour une audience a ete rejetee sept fois. > a-t-il dit. 'Ils appellent nos employes,
editeurs et traducteurs afin de temoigner, et les interrogent pendant
six ou sept heures d'affilees >>.

Nigar Khocharli, proprietaire de la chaîne de librairies Ali et Nino
et partenaire d'affaires de l'entreprise Qanun, est parmi ceux qui
ont ete convoques pour interrogatoire. a-t-il dit.

Rashid Hajili, directeur de l'Institut des droits des medias, a
affirme que les fonctionnaires ont essaye d'etrangler l'entreprise.

> a-t-il dit.