ARMENIE
Shishkert : une lumière qui brille dans un pays « perdu »


L'horizon montre une forêt abondante et un ciel bleu. Une gorge, comme
un coin, divise la forêt en deux parties. Un aspect semblable à des
maisons de tuf rougetres peut être repéré sur un côté. Comme une île
dans la mer, la sérénité règne avec l'autorité incontestable d'un
monarque. Frapper à la porte reste sans réponse - sans personne pour
les entendre - pas d'adultes, pas d'enfants, pas de cris joyeux
d'excitation dans les chantiers. Seule la rivière qui coule au fond de
la gorge, des aboiements de chiens errants de temps en temps, et le
buzz des abeilles contestent le silence, par ailleurs solide ...

Au loin, on peut repérer les apiculteurs, portant tous des vêtements
blancs et des masques spéciaux à barrière de piqûres. Je me tiens loin
d'eux et doit crier mes questions, puis tendre l'oreille pour attraper
la réponse : « Ils ont fait en sorte que ce village ait disparu de la
carte, mais je vais continuer à vivre ici, ce qui prouve que le
village existe. Et je suis Lavrenty Grigoryan, 68 ans ».

Sur mon chemin vers le village, notre groupe de journalistes prenait
des photos et les mettait sur Facebook tout de suite, avec un
commentaire que nous étions dans Shishkert, mais les cartes sur Google
changerait automatiquement en cela en Azerbaïdjan, au sujet de notre
message erroné. Peut-être que c'est la raison pour laquelle Shishkert,
en effet ne peut être trouvée sur la carte de l'Arménie, ou peut-être
parce que le nom du village vient du turc « sis » qui signifie « six
».

L'histoire de l'apiculteur répète le récit de la vie de centaines
d'Arméniens, avec différents noms et adresses de résidence : leurs
enfants sont partis, son épouse et lui-même sont restés à la maison et
vont continuer à rester. Il dit qu'ils n'ont pas de commune et qu'ils
se sont fusionnés avec la commune de Tsav, à 12 kilomètres de
Shishkert. A la question où se trouvent les autres habitants du
village Lavrenty dit avec un sourire : « Cherchez et vous les
trouverez peut-être ».

Shishert est un village au riche passé historique, au vague présent et
avec aucune perspective d'avenir. Les serrures sur des maisons
abandonnées sont le site le plus commun ici. Mais il est difficile de
verrouiller le c`ur de ces 18 résidents qui refusent obstinément de
quitter leurs maisons. Le seul enfant ici a deux ans Hayk. Le village
n'a pas de magasins et pas d'école. Un chemin de terre cahoteux mène à
la colonie. Comme pour compenser, les gens ici sont d'une forte
volonté, riche en c`ur, les combattants de la nature. Ils survivent
grce à l'élevage et le travail de terrain. Les conditions climatiques
sont très favorables à l'élevage, que l'Union soviétique a pris en
considération dans le choix de la direction du développement.

« C'est un magnifique village, à 50 km de Kapan, le plus éloigné par
emplacement. Il y a six villages de Kapan jusqu'à ici et la nôtre
était la meilleure - c'était le plus éloigné et le plus grand, avec
des pturages, des granges, de l'élevage d'ovins. Nous avons eu 12000
têtes de moutons à l'époque soviétique, et plus de 150 ménages, avec
pas moins de trois enfants dans chaque famille », se souvient le
mathématicien Ishkhan Galstyan, qui à son époque a déménagé à
Shishkert en provenance d'Erevan.

Les rides sur son visage deviennent plus profond quand on parle de la
perte du village.

« Sous le règne du Chah Nadir les gens de ce village ont été chassés
vers la Perse [actuelle Iran], mais ils sont revenus et ont tout
reconstruit. La dernière fois que cela s'est produit c'était en 1800,
et maintenant, le village est détruit en plein jour », dit-il en
mettant une autre cigarette dans le cendrier.

Il vit seul. Ses fils ont quitté le village, et il y a un certain
temps sa femme est décédée. Il me mène à la cave afin de montrer les
étagères de livres qu'il a lus et garde avec grand soin. Quand il me
voit dans mes pensées il s'excuse d'avoir trop parlé et dit : «
Pendant des jours, il n'y a personne à qui parler ».

Shishkert est sous la supervision du chef du village de Tsav. Pour le
shopping, ils ont à nouveau à se rendre à Tsav.

« Le village comptait plus d'une centaine de ménages, et au cours des
dernières années, quelque 18 ou 19 familles vivaient dans les maisons
nouvellement construites, mais eux aussi sont parties. Il n'y a pas
d'école, alors ils partent en partie à cause de cela, les autres pour
trouver un emploi. Lentement, il n'y a presque plus personne, aucun
village. Il ne reste seulement que nous », explique Hmayak Galstyan de
Shishkert.

Les cinq familles vivent comme tel. Jour et nuit, ils viennent pour
s'aider les uns des autres et disent que leur maison est Shishkert.

Parmi les membres des cinq familles Valya Balayan 60 ans est la plus
tenace. Elle a marié ses filles en dehors du village mais continue de
vivre ici avec son mari et ses trois fils. Elle ne veut pas laisser
ses enfants partir pour Kapan ou Erevan, ou à l'étranger.

« Je ne vais pas les laisser partir ... pourquoi devrais-je les
envoyer en Russie et quitter notre terre et notre eau. Ils forcent
maintenant les étrangers à quitter la Russie. Laissez-Serge (président
Sarkissian) faire quelque chose, s'occuper de nos jeunes, nous leur
donnerons des épouses, ils auront des familles, des enfants, une école
sera ouverte, une boutique ouvrirait, pourquoi quitter quand ils ne
peuvent vivre dans leur patrie ? S'ils se déplacent vers la Russie,
qui va travailler nos terres, protéger notre frontière, si quelque
chose arrive maintenant, est-ce que ce ne seront pas mes trois fils
qui partiraient les premiers ? » a dit Valya avec fierté et
frustration.

Se rebellant contre l'idée de partir à Tsav, elle dit que sa maison est ici.

Les années ont vidé le village, mais cinq lumières dispersent
l'obscurité de la nuit, l'éclairage à un avenir incertain pour les 18
résidents ce qui prouve qu'il peut y avoir des héros en dehors d'un
champ de bataille ou sur la frontière.

Par Gayane Lazarian

ArmeniaNow

dimanche 29 septembre 2013,
Stéphane ©armenews.com
http://www.armenews.com/article.php3?id_article`315




From: A. Papazian