ARMENIE
Des militants civils appellent les autorités de la ville à lutter
contre la prostitution dans un parc pour enfants


Un groupe de jeunes militants civils a récemment présenté une pétition
à la mairie, exhortant les autorités de la ville à prendre des mesures
pour déraciner la prostitution du parc Kirov (connu sous le nom
`Komaygi`) un repaire privilégié des prostituées et des travestis.
Environ 3000 signatures ont été recueillies au cours de l'action dans
le parc et les militants attendent la réponse du maire Taron
Markarian.

« Il est connu depuis longtemps que le parc des enfants Komaygi est un
endroit idéal pour les prostituées, les femmes et les travestis »,
explique Sevan Aghajanian, vice-président du mouvement de jeunesse «
Nous ». « La situation à Komaygi est hors de contrôle. La police ne
prend pas de mesures . Au lieu de lutter contre la prostitution, la
police arrive et met dehors ceux qui essayent de rejeter les
prostituées en dehors du parc. On peut voir des préservatifs et des
seringues usagées au parc Komaygi. Les citoyens qui vivent dans le
quartier se plaignent, mais la police dit qu'elle n'a jamais eu de
plaintes des citoyens ».

Le parc Komaygi est situé dans le centre de la ville, dans le quartier
de l'ambassade française et de l'Hôtel de ville. C'est le lieu favori
des enfants depuis l'époque soviétique. Maintenant, le parc a perdu de
son lustre d'antan, mais fonctionne encore comme un site de
divertissements pour enfants. Il y a des manèges, une cafétéria dans
le parc et divers spectacles sont organisés pour les enfants pendant
les mois d'été.

Sevan Aghajanyan a dit qu'au cours de leurs visites d'inspection dans
le parc, ils ont parlé à plusieurs prostituées et des travestis, dont
certains étaient agressifs contre les militants, les ont menacés et
ont affirmé qu'elles (les prostituées) sont protégées par des mécènes
influents et que les efforts des militants n'auront aucun effet.

« Nous ne prévoyons pas que le conseil municipal prenne une décision
sur cette question. Comme alternative, nous proposons de créer pour
les prostituées et les travestis une place particulière dans la
périphérie de la ville ».

Sevan Aghajanyan a dit que leur action n'est pas conditionnée par
l'homophobie et tout ce qu'il pourrait consister à nettoyer le parc
des prostituées mais c'est pour le garder propre et calme.

La question de la prostitution dans le parc Komaygi de temps en temps
apparaît sur la scène publique et est souvent discuté sur les réseaux
sociaux.

Le mois dernier, l'ombudsman arménien Karen Andreasyan a adressé une
lettre au maire, dans lequel il a exprimé de profondes inquiétudes sur
la situation en disant : « les prostituées sont souvent vus à la
recherche de clientèle et ont même des relations sexuelles le jour ».
« Une telle manifestation de perversion doit être abolie, car c'est
non seulement immoral, mais est également illégal » avait souligné le
défenseur des droits de l'homme. La lettre dit que, selon les
explications de la police aucun signe de prostitution ou de rapports
sexuels dans le parc n'a été signalé. « Nous ne pouvons pas être
d'accord avec la position de la police et la police peut également
introduire des requêtes sur la base des rapports des médias » a
déclaré le médiateur, citant un certain nombre de ces publications. «
D'ailleurs, les agents de la police à Erevan et d'ailleurs détiennent
régulièrement de nombreuses femmes, soupçonnées de se livrer à la
prostitution. Mais avec une application évidente de doubles standards
aucune mesure n'est prise à Komaygi ».

Le défenseur des droits de l'homme estime que face à la prostitution
dans le parc il est possible que la municipalité construise une
clôture tout autour et ne permet l'entrée au parc durant les heures de
nuit, comme cela se fait, par exemple, dans le Parc des Amoureux
(situé sur l'avenue Baghramyan, en face de la résidence
présidentielle).

Selon Andreasyan, les propositions faites par son bureau sont basés
sur « la meilleure expérience et des valeurs européennes ».

Mais les représentants des minorités sexuelles n'ont pas considéré la
déclaration du médiateur comme tolérante et ont publié une autre
déclaration en réponse, accusant l'ombudsman de faire des appels aux
préjugés à leur égard.

En attendant, les jeunes militants vont organiser des actions de
protestation dans le parc. Ils disent qu'ils vont agir dans le parc et
sont prêts à fournir des fonds pour la rénovation du parc.

Par Julia Hakobyan

ArmeniaNow

mercredi 1er janvier 2014,
Stéphane ©armenews.com



From: Emil Lazarian | Ararat NewsPress