ARMENIE
Mémorandum de compréhension signé entre la Sainte Eglise Apostolique
Arménienne et le Ministère de la Justice


Le 25 Novembre, avec les bénédictions de Sa Sainteté Karekin II,
Patriarche Suprême et Catholicos de Tous les Arméniens ; un protocole
d'entente (PE) a été signé entre la Sainte Eglise Apostolique
Arménienne et le ministère de la Justice de la République d'Arménie,
qui définit les activités des services spirituels par le département
de l'aumônerie dans les établissements pénitentiaires de l'Arménie. La
cérémonie s'est déroulée en présence du ministre de la Justice
Hovhannes Manukyan ; Sa Grce l'évêque Arshak Khachatryan, chancelier
du Saint-Siège ; Sa Grce l'évêque Bagrat Galstanyan, directeur du
bureau conceptuel ecclésiastique du Saint-Siège ; Sa Grce l'évêque
Hovnan Hakobyan, le Grand Sacristain du Saint-Siège ; Sa Grce
l'évêque Moushegh Babayan, directeur de l'Office administratif du
Saint-Siège ; M. Artur Osikyan, Chef du Département des établissements
pénitentiaires ainsi que les fonctionnaires du ministère et des
membres de la Confrérie de Saint Etchmiadzin.

Sa Grce l'évêque Arshak Khachatryan, et le ministre de la Justice
Hovhannes Manoukyan, ont signé l'accord définissant les activités des
services spirituels aux établissements pénitentiaires par la Sainte
Eglise Apostolique Arménienne.

Le service spirituel dans les établissements pénitentiaires a été
lancé depuis 1993. Aujourd'hui, le Service de l'aumônerie des prisons
a mis sept serviteurs spirituels, sous la direction du Père Rouben
Zargaryan.

Des églises et des chapelles ont été construites dans certains
établissements pénitentiaires, et des croix de pierre (khatchkars) ont
été installés.

Les buts du Service de l'aumônerie en prison sont :

De satisfaire les besoins spirituels, religieux et cérémoniels des
personnes détenues dans les établissements pénitentiaires ;
De promouvoir et assurer une atmosphère saine morale et
psychologique dans les établissements pénitentiaires, et d'aider dans
le processus de réinsertion des détenus ;

de coopérer avec divers organismes de bienfaisance, et de plaider
pour les personnes détenues et l'amélioration de leurs conditions de
vie et leur développement physique, culturelle et éducative ;

de coopérer avec les établissements pénitentiaires, les
collectivités locales et les organismes publics concernés, et d'aider
* la réinsertion des personnes dans la vie publique après leur
libération.

vendredi 2 janvier 2015,
Stéphane (c)armenews.com
http://www.armenews.com/article.php3?id_article=106566