ARMENIE
Les défenseurs des droits humains en Arménie prédisent un
environnement plus sévère


Les défenseurs des droits de l'homme en Arménie mettent en garde que
les libertés civiles et la liberté de la presse pourraient être érodés
une fois que le pays adhèrera * la nouvelle union eurasienne de
Moscou. Un signe précoce de ceci est un plan pour copier les
restrictions de la Russie sur les groupes non gouvernementaux.

>, a dit
Avetik Ishkhanyan du Comité Helsinki d'Arménie. L'Arménie deviendra
membre de l'Union économique eurasienne en Janvier, rejoignant les
trois États déj* membres de l'Union douanière - la Russie, le
Kazakhstan et la Biélorussie. Un cinquième pays, le Kirghizistan, est
en train de finaliser les arrangements pour se joindre au groupe. Le
regroupement est officiellement une Union de style européen avec des
droits communs de douanes et une législation harmonisée. De nombreux
analystes, cependant, croient que c'est également une structure
politique qui sera inévitablement dominée par Moscou. Ce sentiment n'a
fait que se renforcer depuis que la Russie a pris l'Ukraine et est en
conflit avec l'Occident.

En Arménie, il y a des craintes que le gouvernement va s'aligner en
adoptant le type de législation rétrograde vu en Russie. Pour prendre
un exemple, le Kirghizistan - pour les deux dernières décennies était
le plus libérale d'Asie centrale - a maintenant un projet de loi
devant le Parlement qui imposerait de sévères restrictions sur ce qui
a été jusqu'* présent une communauté florissante d'ONG. Cette loi
s'inspire de la législation russe adoptée en 2012, et oblige les
groupes de la société civile * s'enregistrer comme des >.

Dans les deux pays le Kirghizstan et le Kazakhstan, il y a des
mouvements afin de copier la loi de 2013 interdisant la > comme en Russie.

Dès * présent le ministère arménien de la justice a mis au point un
projet de loi similaire visant * restreindre la liberté des ONG.

.

Détentions >

Artur Sakunts, chef du bureau de Vanadzor de l'Assemblée d'Helsinki,
est sombre sur les perspectives de respect plus large des droits
fondamentaux une fois que l'Arménie aura rejoint le bloc eurasiatique.

Il a fait valoir que cette année a connu une baisse marquée de
l'environnement des droits de l'homme, et fait valoir que l'Arménie
est de nouveau devenu un pays avec des prisonniers politiques.

Sakunts a cité deux cas, dont l'un d'eux est celui de Volodia
Avetisyan, un colonel * la retraite reconnu coupable de fraude et
condamné * une peine d'emprisonnement de six ans en juillet. Les
partisans disent son vrai crime a été d'organiser une manifestation
appelant * une meilleure prestation de l'aide sociale pour les
Arméniens qui ont combattu dans la guerre du Haut-Karabagh au début
des années 1990.

Le deuxième cas est celui de Shant Harutyunyan, qui a participé * une
petite manifestation anti-gouvernementale dans la capitale Erevan
l'année dernière. On lui a affligé six ans de prison après un procès
en Octobre. D'autres participants ont également été condamnés, dont le
fils de Harutyunan, un mineur, qui a obtenu une période d'essai. Deux
partis d'opposition, Héritage et le Congrès national arménien, ont
déclaré Harutyunyan comme un prisonnier politique.

Selon Sakunts, la nature de la preuve qui a conduit * des verdicts de
culpabilité dans les deux cas suggère que c'étaient vraiment des
"persécutions politiques". Le ministre de la Justice d'Arménie,
Hovhannes Manukyan, affirmé que les hommes n'ont pas été incarcérés
pour des raisons politiques.

a-t-il expliqué.

Melikyan souligne également des tentatives formelles pour limiter la
liberté d'expression, par exemple un projet de loi visant * rendre les
médias légalement responsable des commentaires postés par les
internautes anonymes. Le projet de loi a été bloqué par une campagne
concertée montée par les journalistes arméniens.

Le dernier rapport de la liberté sur Internet * partir de l'organisme
de surveillance basé * Washington Freedom House donne l'Arménie un
bien meilleur score que l'un des autres membres de l'Union eurasienne.
Un autre précédent troublant a été fixé par une affaire dans laquelle
le parquet a lancé une action en justice contre deux médias, le
journal Hraparak et site de nouvelles Ilur.am, pour les forcer *
révéler leurs sources d'information.

>
a-t-il dit.

Arevik Sahakian est une journaliste indépendante en Arménie.

Institute for War & Peace Reporting

vendredi 2 janvier 2015,
Stéphane (c)armenews.com




From: A. Papazian