Le Télégramme, France
Dimanche 24 Juin 2012

Salon du livre. Charles Aznavour a fait un tabac


ENCART: La venue du grand Charles au salon du livre a rencontré le
succès escompté. Pendant deux heures non-stop, Aznavour a enchaîné les
dédicaces. Son départ, plus tôt que prévu, a fait quelques déçus.

Oh non, c'est pas vrai! Je suis venue exprès pour lui». Il est quatre
heures et comme cette dame qui sert son livre contre elle, le départ
du salon de Charles Aznavour sonne le glas de quelques espoirs. Malgré
l'application de l'artiste à dédicacer son livre de mémoires avec une
régularité de métronome, pas mal de fans sont repartis sans le paraphe
qu'ils espéraient. D'autres ont été plus précautionneux. Comme
Jacques, qui a commencé à attendre sagement dans la queue, avant même
que la vedette n'arrive. «Et il y avait déjà beaucoup de monde avant
moi. Ce n'est pas étonnant. Cet homme-là a bercé toute notre vie». Un
peu plus haut dans la file, Christiane ne tarit pas d'éloges sur le
chanteur Aznavour. «C'est un des derniers grands. Il a écrit des
chansons pour tous les ges et tous les sentiments. Des chansons comme
"Je m'voyais déjà" ou "La bohème", c'est intemporel». Il y a tellement
de monde à vouloir prendre Aznavour en photo que des employés sont
disposés autour de la table de manière à garder un peu d'ordre dans la
séance de dédicace. Sans compter la présence d'un agent de la sécurité
et d'un garde du corps à la stature dissuasive.

«Pour nous, c'est une idole»
Et pendant ce temps-là, Aznavour continuer de signer des autographes
sur son livre de souvenirs «D'une porte à l'autre». La librairie
Cheminant a prévu de quoi faire face, avec un stock de 200
exemplaires. «Et on en a une centaine d'autres de son premier tome»,
précise Gilles Tranchant. Une sage précaution car le deuxième tome
sera épuisé avant le départ d'Aznavour. Le grand Charles est resté
deux heures en tout et pour tout. Soit une heure de moins qu'annoncé.
«Mais il revient de Chine. Et il faisait l'aller-retour depuis Paris
dans la journée», précisent les organisateurs. Au final, plusieurs
centaines d'admirateurs ont pu approcher l'artiste. Parmi eux Arman et
Norik, deux habitants de Kercado d'origine arménienne, manifestement
très émus de rencontrer celui qui défend inlassablement la cause de
leur pays natal: «C'est l'Arménien le plus connu au monde. Un
ambassadeur très humain. Pour nous, c'est une idole».

Le programme complet en page 19