ARCHEOLOGIE
Les habitants d'Erébouni aimaient le luxe, le vin et la bière


Une équipe d'archéologues franco-arméniens continue ses travaux sur le
fort d'Erébouni (Erévan). Le 28 juin l'équipe fit le point sur les
fouilles en dégageant quelques caractéristiques et habitudes des
Ourartéens, les ancêtres des Arméniens. Gaguik Kyourdjian le directeur
du musée et site d'Erébouni a souligné l'importance des découvertes
archéologiques dans les années 1950 et 1960 en particulier celles
menées par l'archéologue Constantin Hovhannissian. Il fut ainsi établi
qu'Erébouni (nom ancien d'Erévan) était parmi les plus anciennes
capitales du monde. L'équipe d'archéologues Français et Arméniens a
redémarré les fouilles le 5 juin. Le responsable de la mission,
Stéphane Deschamps et l'archéologue François Fichet de Clairefontaine
ont détaillé leurs recherches. Selon ces spécialistes, les recherches
de cette année permettront à comprendre davantage la période qui a
suivi la chute de l'Ourartou jusqu'à la naissance de l'Arménie.
L'archéologue Araxi Michinian responsable de l'équipe arménienne a
noté l'importance des nouvelles découvertes d'Erébouni qui
complèteront les anciennes, issues essentiellement des fouilles
arméno-américaines. A la question des journalistes, de savoir quelle
vie menaient les habitants d'Erébouni, le professeur Stéphane
Deschamps a dit « de l'apparence et de la qualité des pièces en
argile, nous pouvons affirmer que les Ourartéens connaissaient la vie
luxueuse, ils avaient du goût et ils aimaient le vin et la bière ».

Krikor Amirzayan

dimanche 1er juillet 2012,
Krikor Amirzayan ©armenews.com