REGION SUD-CAUCASE
La présence des Turcs en Adjarie inquiète les Adjares


A Batoumi, capitale de la République autonome d'Adjarie (Géorgie) les
Turcs ne sont plus être les bienvenus. Le député géorgien Zondi
Baghadouria a réalisé le 30 juin à Batoumi, une marche de protestation
contre la présence croissante des Turcs dans la région. « Notre action
est politique, nous sensibilisons les forces politiques d'Adjarie et
affirmons que ce territoire ne sera pas utilisé par les Turcs et
certains Géorgiens pour des objectifs qui ne sont pas de notre intérêt
» dit Z. Baghadouria. Ce dernier s'inquiète qu'au rythme actuel de
l'immigration turque, les Turcs qui sont aujourd'hui au nombre de 25
000 deviendront très rapidement la première population de la
République autonome d'Adjarie. Z. Baghadouria s'inquiète également de
la revendication de la Turquie qui considère que le territoire
d'Adjarie appartient à la Turquie arrachée par la Géorgie il y a un
siècle. « Nous devons être vigilants car la Turquie sous prétexte de
défendre ses citoyens turcs d'Adjarie pourrait bien occuper ce pays en
envoyant son armée » s'alarme Baghadouria.

D'une superficie de quelque 2 900 km², l'Adjarie compte environ 400
000 habitants. Située dans le sud-ouest de la Géorgie, elle dispose
d'une frontière commune avec la Turquie et une façade maritime sur la
mer Noire. L'Adjarie et notamment sa capitale Batoumi (ex-Batoum)
compte une forte communauté arménienne. L'Adjarie étant également la
destination estivale favorite des Arméniens d'Arménie dont plus de 100
000 se rendent chaque année sur les plages de la mer Noire. Enfin, le
port de Batoumi est l'un des axes principaux du transit de fret
maritime vers l'Arménie, les autorités arméniennes et géorgiennes
envisageant une autoroute reliant Erévan à Batoumi.

Krikor Amirzayan

dimanche 1er juillet 2012,
Krikor Amirzayan ©armenews.com