LE PRESIDENT DE LA KNESSET S'EMPLOIE A FAVORISER LA RECONNAISSANCE DU GENOCIDE ARMENIEN
Par Jonathan Lis

HAARETZ

Reuven Rivin dit qu'il est de son devoir se Juif et d'Israelien de
reconnaître les 'tragedies des autres peuples.'

Le President de la Knesset Reuven Rivlin a declare lundi qu'il voulait
convenir d'une session parlementaire plenière de la Knesset pour
marquer le Genocide Armenien de 1915 et 1916 par les Turcs. "C'est
mon devoir de Juif et d'Israelien de reconnaître les tragedies des
autres peuples" a declare Rivlin, s'adressant a une association
armenienne d'Israël.

Rivlin a ajoute : "les considerations diplomatiques, aussi importantes
qu'elles soient, ne permettent pas de nier les desastres arrives a
un autre peuple."

Dans les recentes annees, les bureaux du Premier ministre et des
affaires etrangères ont fait lourdement pression pour eviter de
telles sessions en se souciant de leurs effets sur les relations
entre Israël et la Turquie. La Turquie nie avoir commis un genocide
sur les Armeniens.

Depuis 2008, la Knesset dans son ensemble a autorise la Commission
des Affaires Etrangères et de la Defense a tenir des sessions tenues
secrètes sur le Genocide Armenien. La semaine passee, pour la première
fois, la Knesset dans son ensemble a approuve la tenue d'une session
ouverte, publique, sur la question par la Commission de l'Education,
de la Culture et des Sports, a la demande de la parlementaire du parti
Meretz de la Knesset Zahava Gal-On. Cela represente un changement du
tout au tout de l'approche de cette question.

En 1915 et 1916, il a ete relate qu'entre un million et un million et
demi d'Armeniens ont perdu la vie en Turquie, representant environ
le tiers du peuple armenien. Les Armeniens ont fait campagne pour
la reconnaissance internationale du Genocide, mais les Turcs se
sont activement opposes a ces efforts. La Turquie soutient qu'il
ne s'agissait pas d'un genocide, et qu'au cours de la lutte des
Armeniens pour leur independance, entre 250 000 et 500 000 Armeniens
et un nombre equivalent de Turcs ont perdu la vie.

Parmi les tentatives de ces dernières annees du Ministre des affaires
etrangères pour bloquer les commemorations, en 2007, le cabinet du
ministre a exprime ce qui etait appele "insatisfaction" pour les
projets de session a la Knesset sur ce sujet. Le premier ministre
de l'epoque, Ehud Olmert, etait intervenu pour que la session soit
annulee.

Plusieurs mois après cela, les tensions avec la Turquie se sont
accrues, après que l'Anti-Defamation League s'etait declaree en faveur
d'une reconnaissance du genocide par le Congrès des Etats-Unis. Le
gouvernement turc avait repondu en demandant au gouvernement israelien
de faire pression sur l'ADL pour moderer sa position sur le debat
au congrès. Repondant aux requetes du president de la Turquie, le
president d'Israël Shimon Peres avait lui aussi pris contact avec le
president national de l'ADL Abraham Foxman, après quoi l'organisation
avait inverse sa position et radouci ses demandes.

En octobre 2008, dans un mouvement sans precedent, la Knesset avait
vote pour obtenir de la Commission parlementaire qu'elle convoque
pour debattre du Genocide Armenien a l'initiative du president de
l'epoque, le Meretz Haïm Oron, tracant la voie pour les sessions de
la Commission de Affaires Etrangères et de la Defense. Au cours des
deux annees passees, cependant, les relations entre la Turquie et
Israël s'etant deteriorees, l'opposition du Ministre des Affaires
Etrangères sur la question s'est diminuee, alors que la recente
evolution de Rivlin est de sa propre initiative.

Traduction Gilbert Beguian