L'UE FELICITE ERDOGAN POUR SA VICTOIRE ET ESPÈRE DE NOUVELLES REFORMES
Stephane

armenews.com
vendredi 17 juin 2011

Le president de l'UE, Herman Van Rompuy, et le president de la
Commission, Jose Manuel Barroso, ont felicite lundi le Premier ministre
turc, Recep Tayyip Erdogan, pour sa victoire aux legislatives, esperant
un nouvel elan dans les reformes et dans les negociations d'adhesion.

"Nous vous felicitons pour les resultats des elections tenues le
12 juin", ecrivent les deux dirigeants europeens dans un communique
commun.

"Le resultat ouvre la voie a un renforcement des institutions
democratiques de la Turquie, ainsi qu'a une modernisation du pays,
dans la ligne des valeurs et standards europeens", poursuit le texte.

"Nous sommes convaincus que la periode qui s'ouvre offre de nouvelles
possibilites pour de nouvelles reformes, y compris pour travailler a
une nouvelle Constitution dans le cadre de la plus large consultation
possible et dans un esprit de dialogue et de compromis, et pour le
renforcement de la confiance entre la Turquie et les Etats membres
de l'UE", ecrivent Herman Van Rompuy et Jose Manuel Barroso.

"Des progrès dans ces domaines devraient egalement donner un
nouvel elan aux negociations d'adhesion avec l'Union europeenne",
ajoutent-ils.

Le parti issu de la mouvance islamiste de M. Erdogan a remporte
dimanche une victoire ecrasante aux legislatives, s'assurant une
troisième legislature consecutive.

L'AKP n'obtient cependant pas la majorite des deux tiers au Parlement
pour modifier, sans avoir a consulter l'opposition, la Constitution
heritee des militaires après leur putsch de 1980.

Mais M. Erdogan a promis qu'il rechercherait "le plus vaste consensus"
avec l'opposition et la societe civile pour "rediger une nouvelle
Constitution liberale digne de la Turquie".

Ses detracteurs ont denonce ses tendances autocratiques et lui pretent
l'ambition de se hisser plus tard au poste de chef de l'Etat, dans
le cadre d'un regime presidentiel.

L'UE a ete la grande absente de la campagne, un projet auquel beaucoup
d'electeurs ne croient plus.

Les negociations d'adhesion pietinent en raison de l'opposition de
la France et de l'Allemagne a une pleine adhesion turque, mais aussi
du blocage politique sur l'île divisee de Chypre, Ankara refusant
d'ouvrir ses ports et aeroports a la republique de Chypre, pourtant
membre de l'UE.