LA NUMERISATION DES ARCHIVES ARMENIENNES NE POURRA FAIRE LA LUMIERE SUR 1915
Stephane

armenews.com
vendredi 2 mars 2012

Les Archives Nationales d'Armenie ont commence a poster des centaines
de milliers de documents en ligne depuis le mois dernier mais certains
chercheurs ont averti les optimistes que ces sources primaires ne
pourront faire la lumière sur les evenements de 1915 a annonce le
quotidien turc Hurriyet.

" L'Armenie n'etait le centre de rien en 1915 " a declare l'historien
Ara Sarafian, directeur de l'Institut Gomidas base a Londres. " Le
centre administratif des gouvernements militaires et civils russes
etait a Tbilisi. C'est le lieu pour chercher des documents originaux.

L'Armenie dispose de pièces mais je doute que les membres de la
Societe Turque d'Histoire savent meme où commencer a regarder ".

Neanmoins, Amatuni Virabyan, directeur des Archives Nationales
d'Armenie, a dit que les documents parleront de 1915.

" La principale raison du transfert de nos archives vers le
format numerique est de le presenter a l'attention des chercheurs
internationaux ; la collection complète sera en ligne en 2015 " a dit
Virabyan, ajoutant que les archives etaient deja ouvertes a chacun
dont quelques chercheurs qui sont deja venus en provenance de Turquie.

Kemal Cicek, un expert du Bureau Armenien de la Societe Turque
d'Histoire, a dit que les historiens turcs travaillaient sur les
archives armeniennes, mais a ajoute que les documents contiennent
peu d'information sur 1915.

" Ce n'est pas important que l'Armenie ait ouvert ses archives. Les
documents qu'ils ont ne sont pas des originaux, mais des copies
rapportees de Russie. Il faut faire ouvrir les archives du parti
Tashnak au patriarcat de Jerusalem et de Boston. Les archives
mentionnees reveleront la cooperation que les Tashnaks avaient avec la
Grande-Bretagne, les Etats-Unis et d'autres allies [pendant la Première
guerre mondiale] " a-t-il dit en reference a ces revendications que
les Armeniens Ottomans etaient de mèche avec les ennemis de l'empire.

Ara Sarafian a aussi suggere que des archives se trouvent a Jerusalem.

" Les archives armeniennes liees a la question du genocide sont
a Jerusalem. C'est le lieu où beaucoup de documents du patriarcat
d'Istanbul peuvent aussi etre trouves aujourd'hui quant a la question
du genocide. Ces materiaux ont ete cites par quelques historiens
armeniens qui ont eu un accès privilegie a ces documents dans le
passe. Ils sont donc appropries a cause de leur contenu reel et le
fait qu'ils ont deja ete cites par quelques auteurs ".

Ara Sarafian a aussi suggere de faire des recherches sur des archives
importantes en Turquie comme les archives militaires ou les Archives
du Premier ministre Ottoman.

" Qui en Armenie [a travaille sur] ces archives ? Je ne suis conscient
que personne d'Armenie travaille en Turquie. Si vous voulez voir une
bonne recherche sur la question du genocide basee sur les archives
du Premier Ministre regarder le travail d'Hilmar Kaiser, Fuat Dundar
ou Ugur Ungor. Franchement, le niveau des bourses sur le genocide
armenien est très pauvre en Armenie " a dit Ara Sarafian qui vient
de travaille sur les Archives du Premier Ministre.

Mais Ara Sarafian a aussi discute de l'affirmation de Cicek comme quoi
les archives de Boston pourraient faire la lumière sur le genocide.

" Les materiaux de Boston sont les archives de la Federation
Revolutionnaire Armenienne ou FRA. Les historiens turcs qui
revendiquent qu'ils concernent 1915 se trompent " a-t-il dit. "
Ils ne savent pas ce qu'elles comprennent mais cela leur convient
pour faire de telles revendications. Les archives de la FRA a Boston
sont limitees en termes d'information sur 1915. Leur organisation
dans l'Empire Ottoman a ete paralysee par le gouvernement Ottoman qui
avait aussi des informateurs dans les rangs armeniens. Cependant il
serait bon de voir ce que ces archives possèdent ".

L'Institut de Zoryan a rassemble des papiers prives de gens lies aux
evenements de 1915 a Boston dans les annees 1980, a dit Ara Sarafian.

" Beaucoup de gens ont donne leurs papiers prives a Zoryan mais ils
sont sous cles. Comme historien et armenien, j'ai toujours regrette
l'inaccessibilite de ces documents d'autant plus qu'ils ont ete
rassembles par des individus prives, ceci est un deshonneur "
a-t-il dit.