LE CAUCASE DU SUD CONTAMINE PAR LES TENSIONS AUTOUR DE L'IRAN
Ara

armenews.com
vendredi 2 mars 2012

Tbilissi, 1 mars 2012 - Attentat anti-israelien dejoue en Georgie,
frictions entre l'Azerbaïdjan et l'Iran sur des achats d'armes :
le Caucase du Sud ressent fortement les repercussions des tensions
autour de l'Iran voisin, notent des analystes.

Alors que la menace d'une attaque israelienne contre les installations
nucleaires iraniennes s'amplifie, les trois ex-republiques sovietiques
du Caucase du Sud - Georgie, Azerbaïdjan, Armenie - redoutent qu'une
eventuelle frappe militaire ne destabilise une region deja enclin
aux tensions.

"Comme toujours, lorsque les relations entre les plus importantes
puissances voisines du Caucase sont agitees, le Caucase est affecte",
observe Svante Cornell, directeur de recherche a l'Institut d'Asie
centrale et du Caucase.

Ainsi, l'Azerbaïdjan, qui entretient de bonnes relations avec Israël
et lui a achete recemment des armes pour 1,5 milliard de dollars, a
rejete mercredi des critiques iraniennes, Teheran soupconnant l'Etat
hebreu - son ennemi jure - de vouloir utiliser son allie caucasien
lors d'"actions terroristes" contre l'Iran.

Teheran avait deja accuse a la mi-fevrier Bakou de collaborer avec
les services de renseignements israeliens et d'avoir facilite les
assassinats de scientifiques nucleaires iraniens ces dernières annees.

Signe que les tensions entre Israël et l'Iran se repercutent dans le
Caucase, plusieurs complots, ourdis a Teheran selon le gouvernement
israelien, ont ete dejoues ces dernières semaines.

En Georgie, la police a indique debut fevrier avoir desamorce une
bombe près de l'ambassade d'Israël, et en Azerbaïdjan des personnes
soupconnees d'avoir prepare des attaques contre des Israeliens ont
ete interpellees. Car si le Caucase du Sud est l'objet depuis la chute
de l'URSS d'une lutte d'influence entre la Russie et les Occidentaux,
les puissances regionales que sont l'Iran et la Turquie veulent aussi
y realiser leurs ambitions.

"Depuis la chute de l'Union sovietique, l'Iran veut mettre la main sur
l'Azerbaïdjan", affirme a l'AFP Vafa Goulouzade, un ancien conseiller
de la presidence de ce pays très riche en hydrocarbures.

Les relations entre les deux pays sont aussi compliquees par la
presence en Iran d'une très importante minorite azerie.

"L'Azerbaïdjan s'inquiète des refugies potentiels en cas de
destabilisation de la situation (en Iran), après avoir deja rencontre
ce genre de problème avec des populations deplacees a l'interieur du
pays", explique Lawrence Sheets, expert a l'International Crisis Group.

La guerre entre l'Azerbaïdjan et l'Armenie pour le contrôle du Nagorny
Karabakh, region azerbaïdjanaise a majorite armenienne, a fait 30.000
morts et des centaines de milliers de refugies entre 1988 et 1994. En
depit d'un cessez-le-feu, Bakou ne cache pas son desir de revanche.

De son côte, la Georgie, alliee des Etats-Unis et pays de transit pour
le gaz et le petrole azerbaïdjanais livre a l'Europe, craint que ce
"rôle strategique" de partenaire energetique n'en fasse une cible en
cas de "guerre en Iran", souligne l'analyste georgien Sozo Tsintsadze.

Tbilissi a peur aussi que la Russie, qui avait envahi le pays en
août 2008 pour repousser les forces georgiennes tentant de reprendre
le contrôle de la region separatiste pro-russe d'Ossetie du Sud,
ne profite d'un eventuel conflit iranien pour s'enfoncer de nouveau
dans le territoire georgien.

Enfin, l'Armenie, qui n'entretient pas de relations avec ses voisins -
l'Azerbaïdjan et la Turquie - s'efforce dès lors d'entretenir de bons
rapports avec l'Iran et la Russie.

"Toute escalade de la situation en Iran presente de reels risques
pour tous les pays du Caucase du Sud", resume M. Tsintsadze.