LE RAPPORT ACCABLANT DE LA DCRI SUR LE MOUVEMENT NATIONALISTE TURC EN FRANCE
Ara

armenews.com
vendredi 30 mars 2012

Deux articles parus cette semaine simultanement dans Le Point et
dans Nouvelles d'Armenie Magazine font un etat d'un rapport de la
DCRI (Direction Centrale du Renseignement Interieur) etabli sur le
mouvement nationaliste turc en France et les risques qui y sont lies.

Le Point s'attarde en particulier sur la personnalite de Yusuf Ziya
Arpacik, qui etait present a la manifestation organisee le 21 janvier
a Paris, par la Fransa Turk Federasyon, qui ne serait selon ce rapport
que la " couverture des Loups gris, organisation nationaliste parfois
violente ". Ce personnage, echappe deux fois de prison est presente
comme ayant deja " organise des attentats contre les ennemis des
Turcs ". Il a ete garde du corps d'Alparsan Turkes, fondateur du MHP,
est alle se battre contre les Armeniens du Karabagh et contre les
Americains en Irak, du côte des Turkmènes.

Nouvelles d'Armenie Magazine consacre pour sa part 6 pages a ce
rapport et montre des photos de cet individu, attable peu après la
manifestation de janvier 2012 avec Tayfur et Fadime Erdugrul-Tastan,
adjointe au maire d'Herouville et qui serait membre des Loups gris
locaux. On la voit notamment arborer le signe de reconnaissance des
Loups gris, rue de l'Universite, près de l'Assemblee nationale.

Le rapport decortique en particulier les relations entre
les associations constitutives de ce mouvement nationaliste (
Turquienews.com, radio MIT, la federation des Turcs de France etc),
les organisations de l'extreme droite turque qui servent de relais
et le gouvernement turc qui les instrumentalise pour les besoins
de sa politique etrangère. Il relève notamment que le negationnisme
du genocide armenien constitue le socle ideologique identitaire de
cette nebuleuse.

Parmi les nombreuses autres revelations de ce document explosif, on
apprend en particulier que Pierre Nora, president de l'association "
Liberte pour l'histoire " et honorable academicien, ferait l'objet
d'une enquete visant a preciser la nature de ses relations avec
les milieux turcs. Le rapport note en particulier la familiarite de
son comportement avec le denomme Demir Onger, president du Centre
culturel Anatolie, " vitrine presentable de la manifestation ". Enfin,
cette note signee par la DCRI estime que cette mouvance represente un
danger, et pas uniquement, " pour nos concitoyens d'origine armenienne
". A suivre.