IRAK : LES KURDES BLOQUENT LE RETOUR D'ARABES DANS DES REGIONS CONTESTEES

IRAK

Les forces armees kurdes ont empeche des habitants arabes deplaces par
les violences de retourner dans des zones d'Irak que la region autonome
du Kurdistan irakien dispute aux autorites federales, a affirme jeudi
Human Rights Watch dans un rapport, conteste par le gouvernement kurde.

L'ONG, basee a New York, met en garde le gouvernement regional
du Kurdistan contre l'imposition d'une "punition collective a des
communautes arabes entières" pour les violences commises par les
jihadistes du groupe Etat islamique (EI).

"Bloquer les habitants arabes et refuser d'autoriser leur retour
chez eux semble bien au-dela d'une reponse securitaire raisonnable",
juge ainsi Letta Tayler, experte de HRW.

Selon le rapport, les forces kurdes empechent depuis plusieurs mois
les habitants irakiens arabes ayant fui l'offensive lancee l'an
dernier par l'EI, de rentrer chez eux dans des zones disputees.

En revanche les Kurdes ont pu retourner dans ces memes zones et
dans certains cas ont ete autorises a s'installer dans des foyers
appartenant a des residents arabes deplaces, souligne l'ONG.

HRW dit avoir repertorie des "actes vraisemblablement discriminatoires"
dans les province de Ninive et Erbil (capitale du Kurdistan) lors de
visites en decembre et janvier.

Lorsque le groupe EI a lance son offensive fulgurante dans les regions
sunnites du nord de l'Irak en juin 2014, les forces kurdes ont occupe
le vide laisse par les forces de securite federales ayant fui devant
l'avancee des jihadistes.

En repoussant l'EI, les forces kurdes ont pris le contrôle de zones
contestees de longue date, revendiquees a la fois par le gouvernement
central a Bagdad et le Kurdistan autonome (nord), elargissant d'environ
40% la region sous contrôle kurde.

Le gouvernement de la region autonome du Kurdistan a conteste ces
allegations et un responsable a assure qu'"aucune maison appartenant
a un Arabe n'a ete occupee".

Selon ce responsable kurde, Dindar Zebari, quelques habitants ont ete
empeches de revenir chez eux dans les zones reprises aux jihadistes
de l'EI par les forces kurdes, de crainte d'etre exposes aux bombes
et autres engins explosifs laisses sur le terrain.

Les jihadistes s'etaient empares de plusieurs de ces zones
multi-ethniques et multi-confessionnelles en août, mais les forces
kurdes, aidees par les raids aeriens de la coalition internationale,
ont repris du terrain.

Selon HRW, certains responsables kurdes ont defendu les mesures
discriminatoires en arguant que les habitants arabes sunnites de la
region avaient soutenu l'offensive des jihadistes et collaboraient
toujours avec le groupe EI.

HRW a affirme que certaines restrictions imposees aux Arabes sunnites
avaient ete allegees en janvier, mais souligne que les autorites
kurdes devaient faire plus.

lundi 2 mars 2015, Stephane (c)armenews.com