MOSCOU HONORE LA MEMOIRE DE MILLIERS DE FUSILLES SOUS STALINE
Stephane

armenews.com
lundi 31 octobre 2011

Des centaines de Moscovites ont honore samedi la memoire de milliers
de personnes executees a Moscou pendant la terreur stalinienne lors
d'une ceremonie devant la Loubianka, le siège du FSB (services
speciaux russes) qui etait a l'epoque sovietique le siège de la
police secrète. Etudiants, mères de famille venues avec des enfants
en bas âge, personnes âgees, anonymes ou personnalites comme les
acteurs Alissa Freindlich et Iouri Solomine ont participe a cette
ceremonie organisee par l'Association Memorial, animee par d'anciens
dissidents et prisonniers politiques. Chacun a lu une liste de dix
personnes comportant quelques indications : nom, prenom, profession,
âge et l'annee où il, ou elle, a ete fusille.

Cette enumeration donne rapidement le sentiment que la terreur
s'abattait indistinctement sur tous : dans la liste se melangent
noms russes, armeniens, allemands et juifs, ouvriers, intellectuels
et militaires, femmes au foyer, conducteurs de tramway et retraites,
etudiants et responsables du parti communiste...

Certains terminent la liste en faisant le signe de croix, d'autres
ajoutent : "et mon père, lui aussi fusille en 1938". Plus de 30.000
personnes ont ete fusillees a Moscou dans les seules annees 1937
et 1938, au plus fort des purges staliniennes, selon les historiens
de Memorial. Les autorites russes sont accusees par les defenseurs
des droits de l'homme de ne pas faire grand chose pour perpetuer le
souvenir des repressions staliniennes et d'entraver le travail de
recherche dans les archives de cette periode.

Des chercheurs et defenseurs des droits de l'homme ont ainsi denonce le
18 octobre le procès intente a un historien russe, Mikhaïl Souproun,
qui a enquete sur les deportations staliniennes dans le Grand Nord. Cet
historien est accuse d'avoir utilise des archives comportant des
informations sur la vie privee de 5.000 Sovietiques d'origine allemande
et polonaise deportes par Staline dans la region du Cercle polaire,
une affaire consideree comme montee de toutes pièces par le FSB selon
les defenseurs de Mikhaïl Souproun.