LE PARTI ARMENIE PROSPÈRE COURTISE PAR LE CONGRÈS NATIONAL ARMENIEN
Gari

armenews.com
lundi 28 novembre 2011

Les differends croissants entre le Parti republicain (HHK)au pouvoir
et son principal partenaire de la coalition gouvernementale, Armenie
prospère (BHK), iront-ils jusqu'a pousser ce dernier dans les bras
du Congrès national armenien (HAK), bloc de partis d'opposition non
parlementaires dirige par Levon Ter Petrossian. Toujours est-il que
ce dernier a mise sur une telle eventualite.

Alors que les speculations vont bon train sur les incidences de la
crise que traverse la coalition au pouvoir, nee du refus du parti
Armenie prospère de se prononcer sur son soutien au president Serge
Sarkissian lors des presidentielles de 2013, Ter Petrossian a tendu la
main au leader du parti en rupture de coalition , Gaguik Dzaroukian,
dont on dit pourtant qu'il serait plutôt tente par une alliance avec
l'ancien president Robert Kotcharian, auquel on prete de nouvelles
ambitions presidentielles.

Lors d'une manifestation le vendredi 25 novembre a Erevan, Ter
Petrossian, qui a relance l'epreuve de force contre le pouvoir,
avait ouvertement fait part de sa disposition a cooperer avec le
parti de Dzaroukian, si celui-ci quittait la coalition et affichait
son opposition au president Sarkissian, leader du HHK qui domine le
Parlement armenien et entend bien y renforcer ses assises a la faveur
des legislatives de 2012.

Le BHK n'avait pas encore reagi officiellement le 28 novembre a
l'offre de Ter Petrossian.

"Je suis convaincu qu'une cooperation entre le HAK et le BHK pourrait
radicalement changer la configuration des forces politiques et devenir
une serieuse garantie pour la restauration de l'ordre constitutionnel
et la mise en ~\uvre des reformes indispensables qui doivent etre
menees dans l'interet du peuple. Cela pourrait aussi etre le socle
d'une coalition elargie des forces d'opposition", avait notamment
declare Ter Petrossian, qui ratisse de plus en plus large dans le
spectre politique armenien a l'approche d'elections dont il n'a pu
obtenir qu'elles soient anticipees.

Contacte par la presse le 28 novembre, le porte-parole du BHK,
Khachik Galstian, s'est contente d'indiquer que le dirigeant du
parti ne se trouvant pas en Armenie, le BHK ne pouvait se prononcer
sur la proposition du leader du HAK en son absence. M. Dzaroukian,
qui est l'un des plus importants hommes d'affaires d'Armenie, serait
actuellement en vacances a Doubaï, le mirage pour milliardaires
orientaux des Emirats arabes unis, et on n'a pas precise la date
de son retour. Meme si une reponse officielle est encore a venir,
certains membres du BHK ont d'ores et deja evoque l'eventualite d'une
cooperation avec l'alliance de partis d'opposition dirigee par Ter
Petrossian. Le depute du BHK Vartan Bostanjian a pour sa part indique
qu'une telle cooperation etait difficilement envisageable.

"Nous sommes tenus par des engagements de cooperation en tant que
partenaires de la coalition, et je pense que nous n'avons aucun
problème concernant les elections a venir et les grandes lignes
politiques", a-t-il indique. Les media armeniens, n'ont pourtant pas
manque de s'emparer de cette nouvelle proposition du HAK, certains y
voyant l'aboutissement des tensions croissantes entre le BHK et le
HHK. La recente victoire du candidat du BHK aux elections municipals
d'Idjevan, une localite du nord-est de l'Armenie don't la mairie etait
tenue depuis des annees par le Parti republicain, avait alimente
les speculations sur une inevitable rupture entre les deux grands
partenaires de la coalition.

De son côte, le porte-parole du HHK, Edouard Sharmazanov, avait
designe l'offre de Ter Petrossian au BHK comme une 'farce politique ",
sans plus de commentaires. Il est vrai que sa manie de prendre par la
derision tout ce qui ne va pas dans le sens de son parti pourrait lui
jouer des tours. Il avait ainsi ironise sur les ambitions politiques
du BHK dans la perspective des prochaines legislatives, deux jours
après la defaite electorale du maire d'Ijevan soutenu par le HHK. Il
a cette fois prefere preciser que le HHK n'entendait pas interferer
dans les affaires du BHK et du HAK.