SDA - Service de base français
5 septembre 2011 lundi 12:12 PM CET

Charles Aznavour: "Je n'ai jamais, jamais prononcé le mot adieux"


A 87 ans, le dernier monstre sacré de la chanson française, Charles
Aznavour, entamera le 7 septembre un récital d'un mois avant de partir
une nouvelle fois en tournée. Mais ne lui dites pas que ce sera la
dernière: "Je n'ai jamais, jamais prononcé le mot adieux!",
assure-t-il à l'AFP.

"Certains médias racontent n'importe quoi! J'ai dit que j'allais faire
une de mes dernières tournées. Quand M. (Martin) Scorsese présente son
dernier film, on ne dit pas qu'il ne va plus en faire ensuite. Alors,
on parle français ou pas ?", s'emporte le chanteur.

Charles Aznavour avoue aborder ce marathon - sa résidence à l'Olympia
sera suivie d'une vingtaine de dates en province - "pas dans le trac,
mais dans l'angoisse". "Le trac, je l'avais au début quand le public
ne venait pas pour moi, mais dès qu'il a commencé à venir pour moi, je
l'ai éliminé", confie-t-il.

En revanche, l'angoisse, "c'est une question de mise en place, de
chansons. Est-ce que j'ai eu raison de faire ceci? Est-ce que ce n'est
pas une rentrée de trop?", explique-t-il.

Une seule date est agendée en Suisse: le 3 novembre, à Genève. Charles
Aznavour, qui se produira à l'Arena, n'était plus revenu en Suisse
romande depuis quatre ans.

D'origine arménienne, "le grand Charles", lancé par la chanteuse Edith
Piaf, a vendu plus de cent millions de disques dans le monde. Il est
depuis 2009 ambassadeur d'Arménie en Suisse et représente également
les intérêts de son pays d'origine auprès du bureau européen des
Nations Unies à Genève.

Tournée adaptée à son ge

L'auteur d'"Emmenez-moi" est conscient de ne plus être en mesure de
"faire un tour de chant comme auparavant" et reconnaît sans gêne qu'il
va adapter son jeu de scène aux contraintes que lui imposent son ge.

"Si j'ai besoin de m'asseoir, je vais m'asseoir, si j'ai besoin de
chanter debout, je chanterai debout. Ca ne veut pas dire que je suis
impotent, mais il faut vivre avec son ge", dit-il.

De même, "j'ai de moins en moins de mémoire, alors je vais dire au
public la vérité: j'aurai probablement un prompteur quelque part",
poursuit le chanteur.

"Je ne complique pas les choses, car le public n'est pas compliqué. Je
lui ai tout dit jusqu'ici, y compris quand je me suis fait planter des
cheveux", sourit-il.

En préambule à sa tournée, Charles Aznavour publie ces jours-ci "D'une
porte à l'autre" (éd. Don Quichotte), un recueil de pensées et de
souvenirs, et "Toujours" (EMI), un nouvel album de chansons
originales.

On y retrouve la patte de l'auteur-compositeur qui y aborde le temps
qui passe, la guerre, le désir et l'amour.

"Je dois tout à la littérature française, je lis énormément, j'achète
énormément de livres et des beaux livres car j'aime que ma main touche
quelque chose d'aussi beau que ce que mon oeil voit", raconte
Aznavour.

Sur sa table de chevet se trouvent en ce moment "Maudit soit
Dostoïevski", d'Atiq Rahimi, de la littérature turque et "une touche
de Bible, de Coran et d'aphorismes".



From: Emil Lazarian | Ararat NewsPress