SERGE SARKISSIAN DEVANT LES AMBASSADEURS : " L'ARMENIE NE LE PARDONNERA JAMAIS. "
Ara

armenews.com
samedi 1er septembre 2012

Intervention du President de la Republique d'Armenie, M. Serge
Sarkissian, devant les Ambassadeurs accredites en Armenie : Mesdames
et Messieurs les Ambassadeurs : Il s'agit malheureusement d'une
occasion hors normes que celle qui nous a nous a amenee aujourd'hui
a vous inviter a la Presidence. Comme vous devez le savoir, un
officier de l'armee azerie qui avait assassine l'officier armenien
Gurgen Margaryan, a ete extrade par la Hongrie vers l'Azerbaïdjan. Le
President de l'Azerbaïdjan - et nous l'avions mis en garde a ce sujet
a plusieurs reprises - l'a immediatement gracie.

Cela s'est produit parce que le gouvernement de la Hongrie, un Etat
membre de l'Union europeenne et de l'OTAN, a conclu un marche avec
les autorites de l'Azerbaïdjan.

Je ne veux pas revenir sur les circonstances de l'assassinat de Gurgen
Margaryan, vous en etes très bien informe. Comme le procès l'avait
demontre, cet homicide horrible a eu lieu seulement parce que Gurgen
Margaryan etait Armenien.

Immediatement après ce crime, les autorites hongroises ainsi que nos
partenaires - les Etats membres de l'UE et de l'OTAN, nous ont sans
cesse invites a nous abstenir de politiser cet evenement. Nous avons
ete constamment invites a faire confiance a la justice de la Hongrie,
un Etat membre de ces structures importantes.

Nous avons suivi de près tous les developpements de l'affaire relative
a ce criminel. Il en a ete discute lors de chaque rencontre avec
le President, le President du Parlement, le Ministre des Affaires
etrangères et l'Ambassadeur de la Hongrie, et on nous a assure a
plusieurs reprises qu'une extradition ou un retour du criminel en
Azerbaïdjan etait exclu. Nous avons recu cette meme reponse a nos
demandes lors de nos contacts il y a encore quelques jours avec les
representants du ministère hongrois des Affaires etrangères et du
Parlement. Mais en raison d'evolutions des plus perfides, le meurtrier
a ete extrade a Bakou et a retrouve la liberte.

Je n'ai rien a dire au sujet de l'Azerbaïdjan - tout simplement rien.

Ce pays temoigne ce qu'il est par ces demarches, et ce n'est pas a
moi de les expliquer.

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs :

Avec leurs actions conjointes, les autorites de la Hongrie et
l'Azerbaïdjan ont ouvert la porte a la repetition de tels crimes. Avec
cette decision, ils vehiculent un message clair aux assassins ;
ils savent desormais qu'un assassinat pour des motifs ethniques ou
religieux peut rester impuni.

Je ne peux le tolerer.

LA REPUBLIQUE D'ARMENIE ne peut le tolerer.

La nation armenienne ne le pardonnera jamais.

J'annonce officiellement qu'a partir d'aujourd'hui, nous suspendons nos
relations diplomatiques et tous les contacts officiels avec la Hongrie.

Nous attendons une reaction precise et sans equivoque de tous nos
partenaires en ce qui concerne cet incident.

Ceux qui le tolèrent en seront responsables demain devant l'histoire.

Les demi-mesures et des circonlocutions ne sont pas acceptables.

Nous allons juger l'attitude de nos partenaires envers la securite
de la nation armenienne par leur reaction a cet incident.

Je vous demande instamment de transmettre mon message personnel a
vos chefs d'Etats et de gouvernements.

C'est tout ce que je voulais dire. Je ne sais pas si cela aurait un
sens d'entamer une sequence de question-reponse ou pas ? Je pense
que non, car ce qui s'est passe peut difficilement etre accepte par
un esprit raisonnable. Un pays qui se considère comme developpe et
civilise n'a pas le droit de se comporter de cette facon, et il merite
bien une evaluation en consequence de ses partenaires.