ARMENIE
Leçons d'histoire en Arménie et en Azerbaïdjan

http://www.armenews.com/article.php3?id_article'376


Les écoliers de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan sont trop jeunes pour se
souvenir du conflit du Haut-Karabagh qui a créé tant d'hostilité entre
leurs pays. Mais leurs manuels scolaires eux nourrissent une vision
déséquilibrée de l'histoire dont certains experts estiment qu'elle ne
fera que durcir les attitudes pour l'avenir.

Pendant des décennies, lorsque les deux républiques faisaient partie
d'un seul Etat soviétique, de nombreux Arméniens vivaient en
Azerbaïdjan - principalement dans le Haut-Karabagh - tandis qu'un
grand nombre d'Azerbaïdjanais vivaient en Arménie.

À la fin des années 1980, les Arméniens du Karabagh commencé à faire
campagne pour la séparation de l'Azerbaïdjan. La guerre ouverte a
commencé en 1988 et n'a pris fin qu'en 1994 avec un cessez-le feu qui
a laissé aux Arméniens le contrôle du Haut-Karabagh et des régions
avoisinantes. Aucun traité de paix formel n'a été signé, et les
tentatives internationales pour régler le statut du Karabagh ont
jusqu'ici échoué.

À la fin du conflit, les Azéris du Karabagh et de l'Arménie elle-même
étaient devenus des réfugiés en Azerbaïdjan et les Arméniens ont fui
dans l'autre sens. Donc, deux populations qui étaient autrefois
mélangés sont devenus hétérogènes, chacun avec une prise de conscience
décroissante de l'autre.

Comme les deux nations se sont développées séparément au cours des
deux dernières décennies, chacune a créé son propre récit des
événements non seulement dans le conflit du Karabagh mais remontant
sur des décennies, voire des siècles. Cela se reflète dans le très
différent contenu des livres scolaires d'histoire en Azerbaïdjan et en
Arménie, qui colore la façon dont les enfants perçoivent à la fois
l'autre côté et leur propre passé.

ENNEMIS ET HÉROS

Ashkhen, une Arménienne en 12e année - la dernière année de l'école -
a dit qu'elle a étudié les causes du conflit du Karabagh et la façon
dont il s'est déroulé, ainsi que les noms des héros de guerre
arméniens. Elle a conclu que la paix avec les Azerbaïdjanais ne
viendra pas de si tôt. « Ils doivent renoncer à leurs prétentions sur
nos terres » dit-elle. « Ce n'est que lorsque plusieurs générations
auront passé qu'il sera possible pour les Azéris et les Arméniens de
cesser d'être des ennemis ».

Guljennet Huseynli, écolière azerbaïdjanaise de 16 ans à Bakou, peut
énumérer les sites des atrocités commises par les forces arméniennes
dans le conflit, même si elle est trop jeune pour se rappeler
elle-même.

« Comment pouvons-nous oublier ? Ils ont tué nos bébés dans Khojaly et
Choucha », dit-elle, se référant aux événements du début des années
1990. « Mes parents ont perdu leurs amis et camarades de classe à la
guerre. Ils ont assisté à un afflux massif de réfugiés à Bakou.
J'apprends sur les actes sanglants que les Arméniens ont commis contre
ma nation à l'école par les enseignants et les manuels scolaires ».
Khojaly est un bon exemple - un événement en Février 1992, lors de la
guerre du Karabagh, dont on se souvient en Azerbaïdjan comme d'un
massacre de centaines de civils fuyant la ville - une tragédie d'une
importance emblématique. La mémoire des Arméniens dit que c'était l'un
des incidents malheureux de la guerre, avec un décompte des décès
moindre de leurs adversaires.

Dans leur plus récente tentative de forger un accord, le président
arménien Serge Sarkissian a rencontré son homologue azerbaïdjanais
Ilham Aliyev dans la ville russe de Sotchi. Un des points qu'ils ont
accepté dans une déclaration commune publiée conjointement avec le
président russe Dmitri Medvedev était que les intellectuels commencent
à s'engager dans un dialogue pour tenter de combler le fossé entre
leurs deux pays.

Beaucoup de jeunes Arméniens, cependant, disent qu'ils ne veulent rien
à voir avec leurs contemporains en Azerbaïdjan.

Anna, 21 ans, a beaucoup de contacts sur Internet dans différents
pays, mais évite d'interagir avec les Azéris. « Vous ne pouvez pas
parler avec eux sans qu'un conflit découle. Nous commençons à discuter
au sujet de l'histoire, s'accusant mutuellement des choses, tentant de
convaincre l'autre, mais on finit toujours par les mêmes opinions
qu'au départ » dit-elle. « Un écolier azéri m'a écrit et a commencé à
m'accuser de différentes choses, niant l'existence d'un génocide
[contre les Arméniens en Turquie en 1915-1916], et qualifiant «
d'occupants » les Arméniens. J'étais assez naïf pour dire qu'il avait
mal étudié à l'école, et suggérer qu'il lisent ce qui est écrit dans
les manuels ».

Le garçon a répondu en citant des morceaux de livres scolaires azéris
qui ont soutenu sa thèse, comme un passage d'un livre d'histoire
datant de 10 ans décrivant les Arméniens comme « nos ennemis éternels
» et détaillant leurs infractions dans les années 1900.

Tofig Veliyev, chef du département d'histoire à l'université slave de
Bakou est l'auteur de ce livre, et insiste sur le fait qu'il devait
utiliser un langage négatif pour dire la vérité.

« Ces phrases donnent une image fidèle des Arméniens », a déclaré
Veliyev. « Je falsifierais l'histoire à moins de ne les décrire comme
ça ».

Un langage similaire se trouve dans le livre d'histoire de 11e année,
qui couvre la période de la guerre du Karabagh, et décrit les forces
arméniennes comme « fascistes » qui ont commis divers crimes.

Hasan Naghizade, un élève de 11 ans à Bakou, a déclaré qu'il était
juste que l'histoire doit être présenté de cette façon.

« L'auteur est azerbaïdjanais. Bien sûr, il va inciter à l'animosité.
C'est la façon dont cela devrait être » a-t-il dit. « Ils ne veulent
absolument pas nous préparer à la paix. Nous n'avons pas besoin de la
paix. Les Arméniens ont commis beaucoup d'actes sanglants contre nous.
La paix serait irrespectueuse envers ceux qui sont morts dans la
guerre ».

Le Ministère azéri de l'éducation a approuvé l'ensemble actuel des
livres d'histoire en 2000. Faig Shahbazli, chef du département des
publications du ministère, explique que les livres ont été commandés à
des historiens et que leur contenu a été ensuite vérifié.

Une condition était que les textes ne doivent pas contenir de propos
discriminatoires. « Les manuels scolaires devraient promouvoir la
démocratie et la tolérance, pas la haine », a déclaré Shahbazli.

Mais il a ajouté que des mots comme `terroriste`, `bandit`, `fasciste`
et `ennemi` ne violent pas ce principe. « Ces mots reflètent des
faits. Ils ne provoquent pas l'intolérance envers les Arméniens. Ils
ne suggèrent pas que les crimes ont été commis par la nation
arménienne, ils indiquent simplement la nationalité de ceux qui l'ont
fait » a-t-il dit, ajoutant que les enfants sont capables de faire la
distinction entre une faute personnelle et une nation dans son
ensemble.

Le Ministère arménien de l'Education fait des offres pour les nouveaux
manuels tous les quatre à cinq ans, avec des historiens et des
éditeurs qui entrent dans des offres conjointes qui doivent être
approuvés par les experts du ministère.

En Arménie, les adolescents apprennent la « guerre de libération »
pour le Karabagh - ce qu'ils appellent l'Artsakh à neuf ans. Le
conflit est encadrée dans le contexte d'une longue histoire de
l'ancien État arménien à travers la période de la « perestroïka » de
la fin des années 1980, lorsque les aspirations nationalistes ont
commencé à être exprimé par divers groupes soviétiques. « La
propagation des mouvements de libération dans l'Union soviétique était
le résultat direct de la politique de la perestroïka », dit le livre.
« Les Arméniens d'Artsakh ont été les premiers à se lever pour
défendre leur dignité nationale. Ils n'acceptaient pas que leurs
terres historiques avaient été unis par la force avec l'Azerbaïdjan ».

Ce manuel est prudent afin d'éviter les critiques de la nation azérie
dans son ensemble, les réservant pour le gouvernement de Bakou.

Certains disent que le livre expose les faits trop sèchement, et je
voudrais les voir frapper d'un ton plus patriotique.

« Il n'y a pas d'esprit national en cette matière » se plaint Anahit,
19 ans. « L'élève doit ressentir un sentiment de fierté nationale dans
les valeureux compatriotes et dans cette magnifique victoire remportée
par les Arméniens. Cela se perd dans un récit sec d'événements »,
dit-elle. Mikael Zolyan, un analyste politique à Erevan, a étudié les
manuels des trois pays du Caucase du Sud, y compris la Géorgie.

Il a dit que les livres arméniens ont une formulation relativement
neutre et n'avaient pas le langage émotionnel trouvé ailleurs, a-t-il
dit. Mais ils étaient loin d'être idéaux car ils présentent l'histoire
sous un angle entièrement arménien.

« Vous ne pouvez pas vous attendre à autre chose de manuels
d'histoire, mais il serait bon de présenter le point de vue de l'autre
côté, même si il se trompe »a-t-il dit. Arif Yunusov, un historien
azéri qui a écrit sur la guerre du Karabagh, a fait appel à des
auteurs de tous les manuels de s'abstenir de propos incendiaires et
d'essayer de ne pas influencer la jeune génération.

Une rhétorique belliqueuse rend une reprise du conflit plus probable, dit-il.

« C'est du racisme de dépeindre les Arméniens comme ils le font dans
les manuels [azerbaïdjanais] » a-t-il dit. 'Ces enfants vont grandir
avec la haine, pas de tolérance. Comment allons-nous parvenir à la
paix, alors ? »

Vieux griefs, récits modernes

Ce n'est pas seulement l'histoire récente qui laisse les Arméniens et
les Azerbaïdjanais avec des vues tranchées adverses.

Une autre différence majeure concerne les massacres d'Arméniens en
Turquie ottomane pendant la Première Guerre mondiale.

Les écoliers étudient ces événements à huit ans, et lisent les récits
des autorités de l'Empire ottoman conduisant les Arméniens dans le
désert et tuer 1,5 million d'entre eux dans un acte délibéré de
génocide.

Ruben Sahakian, l'historien qui a rédigé la section sur les massacres,
a dit qu'il a essayé d'éviter les réactions émotionnelles provocantes.

« Vous devez présenter que des faits, de sorte que les enfants
puissent les analyser par eux-mêmes », a-t-il dit. « Si vous présentez
des facteurs émotionnels, vous perdez toute objectivité ».

Sahakian a fait valoir que les Azerbaïdjanais ont été perpétué les
mythes historiques créés à l'époque soviétique, alors que les
universitaires arméniens avaient passé les premières années après
l'indépendance, en 1991, à tenter de rétablir les faits.

« Nous écrivons l'histoire réelle, sans exagération » a-t-il dit.

La Turquie nie le génocide et conteste le nombre de morts, et sa
position est partagée par son proche allié l'Azerbaïdjan.

Tofig Veliyev, par exemple, dit que les enfants azéris n'ont rien
appris à propos du génocide arménien c'est parce qu'il n'a pas eu
lieu.

« Il n'est jamais arrivé. Pourquoi devrions-nous enseigner à nos
enfants une histoire inventée ? »a-t-il demandé. Une autre série de
questions historiques dont les enseignants azerbaïdjanais et arméniens
offrent un récit différent est la période qui a suivi la Révolution
russe et les tentatives de créer des États-nations dans le Caucase du
Sud.

En décrivant les événements de 1918, lorsque les Arméniens et les
forces azerbaïdjanaises se sont battus pour le contrôle de Bakou, les
manuels d'Erevan se bornent à décrire l'état arménien indépendant de
courte durée qui a été plus tard englobée au sein de l'Union
soviétique. Les Azerbaïdjanais, quant à eux, lisent les comptes des
massacres commis par les Arméniens à Bakou. L'élève Guljennet de Bakou
relie la guerre du Karabagh à 1918, ce qui suggère un modèle
d'événements qui signifie que les Azerbaïdjanais doivent toujours être
sur leurs gardes.

« Les Arméniens ont tué les Azerbaïdjanais au début du [20ème] siècle.
Nous avons oublié cela et sommes devenus amis. Et que s'est-il passé ?
Ils nous ont tués de nouveau. Y- a-t-il une garantie qu'ils ne le
feront pas à l'avenir ? » dit-elle.

Sahakian a rejeté ces affirmations comme des inventions. « Les
Azerbaïdjanais se sont fixé pour tche de faire Bakou une ville
azérie, ainsi afin d'expliquer pourquoi les Arméniens étaient
numériquement supérieurs là-bas, ils ont inventé des massacres qui ne
sont pas réellement arrivés » a-t-il dit.

Vladimir Barkhudaryan membre de l'Académie arménienne des sciences a
dirigé le groupe d'écrivains qui ont produit le premier livre
d'histoire post-indépendance, et continue à éditer les manuels
scolaires aujourd'hui. Il fait valoir que la raison pour laquelle les
manuels scolaires arméniens accordent peu d'attention à certains
événements, c'est qu'ils ne sont pas jugés importants.

« Des événements insignifiants comme ceux qui ont eu lieu à Khojaly et
à Bakou en 1918 ne peuvent pas être inclus. Les écoles ont un
calendrier précis pour le nombre de leçons dans lesquelles l'étude de
l'histoire doit s'adapter. Si vous incluez cette petits changements
dans le livre, ce serait un énorme tome » a-t-il dit.

En Azerbaïdjan, l'historien Yunusov a déclaré que les approches
sélectives prises pour les événements à Bakou en 1918 ont illustré le
problème de l'élaboration d'un récit communément acceptée du passé. Il
a dit que les historiens azéris ne parlent que de mars 1918, alors que
de nombreux Azéris sont morts, tandis que leurs homologues arméniens
parlent de septembre de la même année, lorsque l'armée turque est
entrée Bakou et a tué de nombreux Arméniens. Il a dit que cela
n'allait pas, et a plutôt recommandé que chaque partie comprenne les
griefs de l'autre lors de la compilation des manuels historiques.

« Les deux parties utilisent l'histoire comme un jeu politique. Les
historiens arméniens et azerbaïdjanais chacun prétend représenter
l'intérêt public. Mais l'historien ne doit pas être un provocateur, il
ne devrait pas représenter l'intérêt public. Il doit juste présenter
les faits historiques » a déclaré Yunusov.

En Arménie, Hrant Melik-Shahnazaryan, un analyste du think tank Mitq ,
est aussi désespéré du spectacle d'historiens engagés dans des
récriminations mutuelles. « Le [manuel] ne doit pas agiter pour créer
une mentalité de victime, mais plutôt pointer les erreurs qui ont été
faites et les méthodes pour les éviter à l'avenir » a-t-il dit.
Melik-Shahnazaryan a appelé à plus de rigueur intellectuelle et
d'analyse des récits historiques. « Vous vous retrouvez avec une
charge de faits que vous ne pouvez pas connecter ensemble » a-t-il
dit.

Richard Giragosian, directeur du Centre d'études régionales à Erevan,
a convenu que le niveau intellectuel général des manuels scolaires
arméniens pourrait être meilleur.

« Même les manuels produits plus récemment n'ont généralement pas été
à la hauteur des normes professionnelles minimales » a-t-il dit. «
C'est particulièrement vrai pour les livres d'histoire, qui, malgré
les attentes élevées placées sur eux avec la fin du contrôle de l'Etat
soviétique et de l'idéologie, ont tendance à offrir qu'une maigre et
aléatoire sélections de sujets historiques » a-t-il dit.

Haykuhi Barseghyan est journaliste pour Ankakh hebdomadaire arménien
et son site Web www.ankakh.com . Shahla Sultanova est une journaliste
indépendante en Azerbaïdjan.

Institute for War & Peace Reporting

dimanche 1er septembre 2013,
Stéphane ©armenews.com



From: Emil Lazarian | Ararat NewsPress