TURQUIE
Les services secrets turcs derrière l'assassinat de Hrant Dink


Fethiye Cetin, l'un des avocats de la famille du journaliste
turco-arménien Hrant Dink, a affirmé dans sa nouvelle publication que
l'ordre de tuer Dink a été donné par les services secrets turcs (MIT)
par l'intermédiaire d'un message crypté écrit en cyrillique selon le
quotidien Milliyet.

Fethiye Cetin a fondé ses accusations sur les explications et les
documents de Ramazan Dundar, un expert en cryptologie au MIT.

Le rédacteur en chef de l'hebdomadaire Agos Hrant Dink a été abattu en
plein jour, le 19 janvier 2007, par un ultranationaliste devant les
bureaux de son journal à Istanbul.

Dans son livre, intitulé « Utanc Duyuyorum-Hrant Dink Cinayeti'nin
Yargısı » (J'ai honte - Procès de l'assassinat de Hrant Dink), Cetin
dit qu'elle a reçu un appel téléphonique le 16 mars 2010, d'un homme
qui s'appelle « Ramazan » et qui lui a dit travailler comme expert en
cryptologie au bureau régional Est du MIT. Il lui a dit qu'il avait un
document important concernant l'assassinat de Dink et lui donnerait le
document si elle allait au consulat français à Alep pour le
recueillir.

Cetin a demandé à un ami à Gaziantep d'aller à Alep en son nom afin de
recueillir le document. Dans l'intervalle, elle a raconter avoir
continué Ã communiquer avec Ramazan sur Skype et l'homme lui a montré
des documents chiffrés sur l'assassinat de Dink.

« Je ne comprenais rien. J'ai demandé Ã l'homme ce que ces documents
avait à voir avec l'assassinat de Hrant Dink », a a déclaré Cetin.

En réponse, Ramazan a déclaré : « Les documents que j'ai sont cryptés ».

Dans la correspondance, l'officer de l'Etat ordonne : « Allez tuer Dink ».

Cetin a déclaré que les messages chiffrés ont été déchiffrées à l'aide
de Dundar afin de révéler l'ordre d'exécution donné par le MIT Ã
l'encontre de Hrant Dink.

Dans son livre, Cetin a également ajouté la réponse du MIT Ã son
accusation. Elle a dit être allée au bureau du procureur et avoir posé
plusieurs questions qui ont été transmise au MIT. En réponse, le MIT a
nié d'avoir donné un ordre d'exécution à l'encontre de Hrant Dink, en
disant que le MIT n'a pas d'employé nommé Ramazan Dundar et que le
document fourni par Dundar n'appartient pas au MIT.

dimanche 29 septembre 2013,
Stéphane ©armenews.com



From: Emil Lazarian | Ararat NewsPress