TURQUIE : SELON AKIT, ALI BAYRAMOgLU EST " ARMENIEN"

http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=65168
Publié le : 29-06-2012

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le journal Akit, journal
intégriste et xénophobe de Turquie, voire même ouvertement
antisémite - s'en prend a l'intellectuel turc Ali Bayramoglu,
affirmant que ce dernier est Arménien. Taxer un citoyen turc d'être
Arménien, Kurde ou Juif, est une manière courante de désigner
les ennemis de la nation turque. " On a fait de la nationalité
kurde ou arménienne de ces hommes-la, un objet de réprimande,
et on a proclamé la peine de mort pour ces groupes ethniques. Les
événements de 1915, ou bien l'assassinat de Hrant Dink et beaucoup
d'autres incidents, sont les résultats de cette mentalité et de
ceux qui la possèdent : ils se promènent librement parmi nous,
c'est étouffant. " a déclaré Ali Bayramoglu qui a décidé de
porter plainte contre Akit. Le Collectif VAN vous soumet cet article
traduit de la presse arménienne d'Istanbul.

Légende photo : Ali Bayramoglu

Le journal Akit a ouvert une campagne contre Ali Bayramoglu, parce
qu'il serait Arménien et qu'il soutiendrait les positions arméniennes

Akit, journal aux orientations religieuses, a récemment pris pour
cible Ali Bayramoglu, journaliste et chroniqueur progressiste renommé.

Selon ce journal turc, Bayramoglu est d'origine arménienne ["
Ermeni kökenli "] et, poussé par le nationalisme, il partage les
positions et points de vue arméniens. Le journal Akit a présenté
Ali Bayramoglu sur son site en tant qu'ennemi du peuple turc. Beaucoup
de gens trouvent que cet incident rappelle l'enquête ouverte contre
Hrant Dink [Nota CVAN : journaliste arménien de Turquie assassiné
a Istanbul en 2007].

Le journal plaque désormais Bayramoglu contre le mur et le désigne
ouvertement aux milieux nationalistes.

Auparavant, Ali Bayramoglu ne prenait pas au sérieux ces publications,
mais quelques temps après, quand elles se sont transformées
en harcèlements continuels et qu'il a commencé a recevoir des
lettres de menaces, pleines d'injures et d'insultes, il a compris a
ce moment-la qu'il y avait un véritable danger, qu'une main sale,
moite et froide essayait de le " toucher ".

Bayramoglu a voulu montrer qu'il n'était pas la seule cible de cette
campagne, mais que cela visait surtout les idées qu'il soutenait.

Pendant ses attaques, Akit a annoncé qu'Ali Bayramoglu avait
assisté a la réunion de l'organisation DPI en Angleterre et que
cette dernière est une branche du PKK. Bayramoglu rappelle cette
accusation et répète que, dans ce pays [Nota CVAN : la Turquie],
soutenir les Kurdes et la cause arménienne fait toujours risquer
d'être inculpé d'être un agent secret.

A la question de savoir ce qu'il va faire maintenant, M. Bayramoglu
a répondu qu'il allait porter plainte par voie légale contre les
publications menacantes du journal Akit et qu'il irait jusqu'au
bout : " On doit mettre fin a la stratégie de déclarer les
individus ennemis de la Turquie. On a fait de la nationalité
kurde ou arménienne de ces hommes-la, un objet de réprimande,
et on a proclamé la peine de mort pour ces groupes ethniques. Les
événements de 1915, ou bien l'assassinat de Hrant Dink et beaucoup
d'autres incidents, sont les résultats de cette mentalité et de
ceux qui la possèdent : ils se promènent librement parmi nous,
c'est étouffant. "

Plusieurs chroniqueurs, comme Etyen Mahcupyan, Hussein Hatemi, Nagehan
Alcı, Ahmet Turan Alkan, l'avocat Erdal Dogan, ont exprimé leur
révolte contre le journal Akit. Ils ont rappelé qu'être Arménien
n'est pas une raison de prendre une personne pour cible. Hussein Hatemi
a dit " Et que se passerait-il si Ali Bayramoglu était Arménien ? "

©Traduction Collectif VAN - 29 juin 2012 - 07 :30 -
www.collectifvan.org

Lire notre dossier complet sur le sujet :

Les liaisons dangereuses de nos universités

Retour a la rubrique

T~IL~ICHARGER : Article en arménien : "Le journal Akit a ouvert
une campagne contre Ali Bayramoglu"